SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > CHSCT > Santé, Sécurité, Conditions de travail > contexte sanitaire > Allègement du protocole sanitaire : FAQ mise à jour de le 12 février

Allègement du protocole sanitaire : FAQ mise à jour de le 12 février

samedi 13 février 2021, par Delphine LOTTIN

contexte sanitaire

Le Ministère de l’Éducation nationale vient de modifier en toute discrétion et pendant des vacances scolaires, ses consignes sanitaires en revenant sur les cas de fermetures de classes.

Les principales modifications et non des moindres sont :

- Fin des fermetures de classes automatiques en cas de survenue d’un cas confirmé de variante britannique du virus SARS-CoV-2 ;
- Le personnel n’est plus cas contact à risque systématique, même avec 3 élèves malades d’une même classe : "une étude approfondie des contacts déterminera si les personnels de la classe doivent être considérés cas contacts".

Comment sont identifiées les « personnes contacts à risque » ?

Si le cas confirmé est symptomatique et que la date de début des symptômes est connue, alors l’identification se fera sur la période allant de 48h avant le début des signes au jour de l’éviction.
Si le cas confirmé est asymptomatique, l’identification des contacts à risque se fait sur la période allant de 7 jours avant la date du test positif au jour de l’éviction du cas confirmé.

* En école maternelle
L’apparition d’un cas confirmé parmi les enseignant.es, dès lors qu’il-elle porte un masque ayant un niveau de filtration de 90% (anciennement appelés masques grand public de catégorie 1), tels que ceux fournis par le ministère de l’éducation nationale), n’implique pas que les élèves de la classe soient
considérés comme contacts à risque.
De même, l’apparition d’un cas confirmé parmi les élèves n’implique pas que les personnels soient identifiés comme contacts à risque, dès lors que ces derniers portent un masque ayant un niveau de filtration de 90 %. En revanche, l’apparition d’un cas confirmé parmi les élèves implique que les autres élèves de la classe soient identifiés comme contacts à risque puisqu’ils ne portent pas de masque.

Dans la circonstance où trois élèves d’une même classe (de fratries différentes) seraient positifs au SARS-CoV-2, une étude approfondie des contacts déterminera si les personnels de la classe doivent être également considérés comme contacts à risque conformément aux prescriptions des autorités sanitaires.

* En école élémentaire et dans le second degré
Le port du masque étant obligatoire tant pour les personnels que pour les élèves dans tous les espaces et en particulier dans les salles de classe, l’apparition d’un cas confirmé parmi les enseignants ou les élèves n’implique pas automatiquement de contacts à risque dans la classe.
Dans la circonstance où trois élèves d’une même classe (de fratries différentes) seraient positifs au SARS-CoV-2, tous les élèves de la classe seront assimilés à des contacts à risque. Une étude approfondie des contacts déterminera si les personnels de la classe doivent être également considérés comme contacts à risque conformément aux prescriptions des autorités sanitaires.

Quelles sont les mesures prises en cas d’identification de l’une des variantes du virus chez un personnel ou un élève ?

* En cas de survenue d’un cas confirmé portant la variante britannique du SARS-CoV-2
La conduite à tenir autour d’un cas confirmé de la variante britannique est la même que pour le cas général conformément aux prescriptions des autorités sanitaires. Selon l’analyse locale concernant la circulation de cette variante sur le territoire, en lien avec l’ARS, la fermeture de la classe pourra toutefois être envisagée dès le premier cas.

* En cas de survenue d’un cas confirmé portant la variante sud-africaine ou brésilienne du SARS-CoV2
L’apparition d’une variante sud-africaine ou brésilienne du SARS-CoV-2 chez un.e élève implique la fermeture de la classe. Tous les élèves de la classe seront assimilés à des contacts à risque. Une étude approfondie des contacts déterminera si les personnels de la classe doivent être également considérés comme contacts à risque. L’apparition de l’une de ces variantes chez un personnel n’implique pas automatiquement la fermeture de la classe.

Le personnel et les contacts à risque des personnes porteuses d’une variante sud-africaine ou brésilienne doivent bénéficier d’un test PCR, à J0 (dès leur identification), afin de démarrer sans délai les opérations de contact-tracing si le test est positif. Pour les contacts à risque, une attention particulière devra être apportée, en cas de test négatif, à l’importance de bien respecter la période de quarantaine de 7 jours depuis le dernier contact à risque et sur la nécessité de réaliser un test RTPCR à J7, à l’issue de cette période.

Pour les cas confirmés porteurs d’une de ces deux variantes, la durée d’isolement est portée à 10 jours et un test de sortie d’isolement doit être systématiquement réalisé. La levée de l’isolement est alors conditionnée à l’obtention d’un résultat de test négatif (et en l’absence de fièvre depuis plus de 48h pour les personnes symptomatiques). Si le test revient positif, l’isolement est prolongé de 7 jours après ce résultat. Un test à l’issue de cette deuxième période d’isolement (à J17) n’est alors pas nécessaire pour le retour à l’école.

Une fermeture de la classe est également mise en œuvre dès qu’un.e élève est identifié.e comme contact à risque d’un parent, d’un membre de la fratrie ou de toute personne vivant dans le même foyer que lui contaminé par une variante sud-africaine ou brésilienne. Tous les enfants et le personnel sont testés à J0. Si le test est négatif, il est recommandé, pour les enfants, de réduire les
contacts et de rester à la maison autant que possible, de surveiller régulièrement la température et d’effectuer un test au moindre doute.

Le communiqué de presse du SNUipp-FSU

Alors que l’épidémie atteint un seuil critique dans beaucoup de départements, que les variants, anglais, sud africain voire brésilien, plus contagieux gagnent du terrain, que des élus de la Moselle appellent à avancer les vacances et fermer les écoles, le ministère assouplit en catimini le protocole sanitaire et la conduite à tenir en cas de Covid (cf. pièce jointe).

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

'