SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Permutations : Record d’immobilité battu !

Permutations : Record d’immobilité battu !

lundi 14 mars 2011, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Nous venons de recevoir les résultats des mutations pour la rentrée 2011.

17 104 enseignants des écoles ont demandé à changer de département. Seulement 4 993, soit 29,2%, ont obtenu satisfaction sur un de leurs vœux (6 maximum).

Sur 5 564 candidats demandant leur mutation pour rapprochement de conjoints, 2 907 ont obtenu satisfaction, soit seulement 52,46% (65,30% en 2010 !).

Jamais, il n’a été si difficile de changer de département. Le ministère avait pourtant annoncé, il y a quelques années, que la mobilité serait favorisée, que la grande majorité des demandeurs aurait satisfaction.
Le ministère s’est évertué depuis 2007, et encore cette année, à modifier les règles sans aucune réelle concertation avec les représentants du personnel. Dans le même temps, les suppressions massives de postes conduisent à une limitation forcée des possibilités d’échange entre départements.

Ainsi aux difficultés croissantes de l’exercice du métier en raison des multiples réformes mettant à mal le service public d’éducation (milliers de suppressions de postes, dégradation de la formation...), au blocage des rémunérations, vient s’ajouter la très forte limitation des possibilités de mobilité.

De nombreux collègues se verront contraints de choisir entre leur vie professionnelle et leur vie familiale. Beaucoup d’entre eux font leur demande pour suivre leur conjoint suite à une mutation professionnelle (32% des demandes).

Résultats 2011 au départ de l’Yonne
Département Nbre Barème minimum
AIN 3 33
AUBE 2 231
DEUX-SEVRES 2 251
ESSONNE 1 321
ISERE 1 296
LOIRET 2 226
PARIS 1 233
RHONE 1 251
SAONE-ET-LOIRE 2 251
SEINE-ET-MARNE 1 41

Seulement 16 collègues quittent notre département et et 30 collègues y rentrent. Balance positive pour la première fois depuis des dizaines d’années !

Mais avec un terrible corollaire : un nombre grandissant de nos collègues, notamment de Côte d’Or, se trouvent "bloqués" dans l’Yonne, avec souvent des séparations de conjoints et d’enfants. Difficile, dans ces conditions de travail imposées géographiquement, d’enseigner avec un engagement serein.

Les délégués du SNUipp surveilleront de très près les demandes d’exeat.

Messages

  • Bonjour.

    Quels chiffres ! c’est abhérant ! Mais pourquoi donc refuser la sortie pour la Côte d’Or ???

    Avec 450 points, toujours impossible de retourner dans le 21 !

    Est ce que les Exea, dans de telles circonstances, ont une chance d’aboutir ?!

    Merci pour votre soutien.

    Bien cordialement.

  • bonjour,
    je suis exactement dans le cas que vous décrivez : "coincée" dans l’Yonne depuis 3 ans (sans compter les années d’IUFM...) avec séparation de mon conjoint (qui travaille à Dijon)et je suis enceinte d’un petit bout qui devrait arriver en mai...

    quelques questions : quand demander un exeat ? dois-je en faire parvenir une copie au snuipp ? à qui adresser cet exeat ? y a t il vraiment un espoir ?

    d’autre part, j’envisage de prendre un mi-temps pour m’occuper de mon loulou ; comment est rémunéré ce mi temps ? (je suis à l’échelon 4) est ce que je continue à cumuler totalement mes points d’ancienneté ou seulement la moitié ?

    merci pour votre réponse.

'