SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Formation des stagiaires : le ministère contredit Chatel...

Formation des stagiaires : le ministère contredit Chatel...

samedi 8 janvier 2011, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

En publiant un rapport interne qui n’aurait pas du l’être, le Café Pédagogique confirme ce que nous dénonçons depuis plusieurs mois : la formation des enseignants débutants n’est pas le chemin pavé de rose que décrit le Ministre. La presse ne s’y trompe pas et reprend largement l’information ce matin.
Si la situation est jugée moins difficile dans le primaire, du fait de la professionnalité des formateurs et des capacités locales d’organisation de formation qui ont peu avoir lieu dans certains départements, que la profession y trouve une nouvelle raison d’exiger la remise en place d’une véritable formation professionnelle en alternance, intégrant des éléments de professionnalisation et un parcours spécifique dès que possible, ainsi que la reconnaissance des capacités de formateurs de plein exercice pour les IMF et CPC-CPD...

Ci-dessous deux commentaires anonymes du forum du Monde qui en disent long :

"Comment ? Quoi ? Mais Luc Chatel nous disait justement que tout baignait ! Que la réforme de la formation des enseignants était une réussite incontestable et un progrès par rapport à l’année précédente ! A qui peut-on se fier si un ministre maquille (on reste poli) la réalité créée par la décision hautement idéologique de son maître Sarkozy (l’argument budgétaire n’étant qu’un alibi qui masque la volonté de casser l’enseignement public au profit d’intérêts privés)."

"On ne peut pas demander à des ministres choisis pour leur flexibilité, leur incompétence interchangeable, leur inculture générale, leur détestation foncière de la chose et du service publics et leur caractère éphémère de concevoir qu’enseigner au service de ses concitoyens est autre chose qu’un simple "emploi", que c’est un METIER, qui s’apprend et se perfectionne en permanence, sur la longue durée, sinon sur la durée de la vie même, afin que l’enseignant devienne vraiment, LUI, un MAÎTRE."

'