SNUipp 89

Syndicat National Unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC

Accueil > Société > Ne soyons pas dupes du leurre !

Ne soyons pas dupes du leurre !

mercredi 11 août 2010, par SNUipp 89

Société

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Evidemment, les déclarations gouvernementales sont écoeurantes, racistes, scandaleuses, comme le sont les Unes détestables de l’Yonne Républicaine estivale sur "Auxerre touchée par l’insécurité"... D’ailleurs, bravo aux collègues qui, une fois encore se sont mobilisés au coeur de l’été contre les expulsions.

Nous manifesterons le 4 septembre contre les dérives sécuritaires avec un important collectif d’associations.

Mais le discours à dessein polémique sur la responsabilité des parents de mineurs délinquants est un bon exemple de leurre médiatique... Comme le montre l’excellent blog du juge pour enfants Rosencsweig, proposer de renforcer l’arsenal législatif pour garantir les résultats scolaires des adolescents à la dérive est inique : les lois existent déjà !

Citation : "objectivement rien ne justifie de nouvelles dispositions durcissant les règles du jeu pénal concernant les mineurs. La délinquance des plus jeunes continue de diminuer en proportion. Cette décroissance a été engagée en 2000 faut-il le préciser ? Preuve de cette non-acuité : la grande rénovation de l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante annoncée à gros flonflons en décembre 2008 a été remisée dans un placard.

Il est inexact d’avancer comme le fait M. Ciotti dans le JDD du 1er août que 164 000 mineurs ont été condamnés en 2008 : le député confond le nombre d’affaires poursuivables avec le nombre de mineurs condamnés qui ne s’élève qu’à 70 000 (voir Les chiffres de la justice 2009, Ministère de la justice).

On est donc bien dans le pur effet d’annonce politique avancé avec d’autres, dans un grand effet de manche, comme l’idée de retirer la nationalité française à certains délinquants. Certes Robert Badinter a bien raison de dire qu’il ne faut pas faire de publicité à ces annonces et qu’il convient d’attendre les textes réellement proposés pour se prononcer. Pour autant on peut réfléchir à voix haute et apporter du matériau à cette réflexion.

Première remarque qui prolonge la réflexion initiale : ceux qui nous gouvernent paraissent être à un tel point d’ignorance du sujet que l’on peut se demander s’ils ne sont pas de mauvaise foi. Comment ignorer que depuis 1984 - entrée en vigueur du nouveau code pénal dit code Badinter - une disposition condamne sévèrement les manquements aux obligations parentales. "

Comme le conclut le juge , "Fréquemment désarçonnés, ces parents sont très demandeurs à l’égard du juge et des éducateurs ; ils sont dans l’attente d’une aide qui leur sera fréquemment promise mais qui n’interviendra pas avant longtemps faute de moyens matériel et humains ! "

'