SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > SOUTENONS KAMO ET SA FAMILLE

SOUTENONS KAMO ET SA FAMILLE

mardi 3 août 2010, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

PNG - 42.8 ko
des enseignants mobilisés

Kamo n’a que douze ans et pourtant, il a vécu et vit des choses qu’un enfant de cet âge ne devrait pas connaître.

Avec sa famille, ils ont fui l’Arménie car ils craignaient pour leur vie. Ils sont Yézides, minorité religieuse rejetée en Arménie. Ils ont été persécutés moralement, le papa menacé de mort, la maman molestée devant les enfants, le frère du papa assassiné...

Traumatisés par la vie en Arménie, ils sont chez nous depuis 3 ans.
Kamo est scolarisé en 6e, au collège Abel Minard de Tonnerre depuis septembre 2009. Il y est parfaitement intégré. Il parle maintenant le français couramment et a obtenu le passage dans la classe supérieure avec les félicitations du Conseil de classe. Il participe activement à la vie du collège. C’est un élève qui est heureux de venir au collège, avide d’apprendre, avec une très forte envie de réussir et de toujours travailler plus.
Ses deux soeurs vivent en France.

C’est une famille qui ne demande qu’à s’intégrer et à vivre paisiblement. Le papa avait une promesse d’embauche, les parents apprenaient le français.
Traumatisés par la vie en Arménie qu’ils ont voulu fuir (Depuis le 23 juillet, le Conseil d’Etat a retiré l’Arménie de la liste des pays d’origine sûrs), ils viennent à nouveau d’être traumatisés par une arrestation et une mise en rétention. Puis, libérés, ils ont été expulsés du foyer qui les accueillait malgré les soucis de santé de la maman et le jeune âge de Kamo.
C’est lourd pour un petit bonhomme de douze ans...

Kamo et ses parents demandent simplement à vivre parmi nous parce que vivre normalement dans leur pays n’est tout simplement pas possible.
Nous aimerions que cette famille qui cherche vraiment à s’intégrer connaisse enfin la fin du cauchemar et puisse vivre paisiblement .Nous aimerions que leur dossier soit à nouveau étudié afin qu’ils puissent commencer une nouvelle vie, ici, dans notre pays, celui des droits de l’homme et nous l’espérons, terre d’asile.

Les enseignants du collège Abel Minard de Tonnerre

Le reportage sur France 3

http://bourgogne-franche-comte.france3.fr/info/bourgogne/tonnerre-89--mobilisation-pour-kamo--64277557.html
(si le lien ne fonctionne pas avec votre navigateur, tapez dans votre moteur de recherche "Kamo france 3", vous aurez le lien).

Dernière minute : Les Ozmanyan restent libres (YR du 3/08/10)

Le tribunal administratif de Rouen a confirmé aujourd’hui la décision qui avait été prise jeudi dernier
par le juge des libertés et de la détention : Kamo et ses parents, sans-papiers, originaires d’Arménie, restent libres et ne peuvent plus faire l’objet d’une mesure de rétention. « L’arrêté préfectoral de reconduite à la frontière qui concernait seulement Mme Ozmanyan est annulé. Mais M. et Mme Ozmanyan et leur fils restent sous le coup d’une mesure d’éloignement », précisait ce soir le responsable de la communication de la préfecture de l’Yonne qui n’avait pas encore connaissance des motifs du jugement.

'