SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le métier > Carte scolaire > 0 TRIER > Luc Chatel pêche en eaux troubles

Luc Chatel pêche en eaux troubles

jeudi 1er avril 2010, par SNUipp 89

0 TRIER

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Dans la suite logique de son plan de prévention de l’illettrisme, annoncé cette semaine au Salon du Livre de Montreuil, le ministre de l’Education Nationale annonce la mise en cohérence de plusieurs annonces faites ces derniers jours.

En effet, suite aux réactions vives provoquées par la perspective d’une revalorisation salariale d’un quart seulement des enseignants (la FSU avait parlé de « caricature de dialogue social » devant l’absence de négociation), L. Chatel a manifestement décidé de reprendre la balle au bond. Intervenant dans le séminaire national sur les internats d’excellence, il a repris à son compte la proposition de François Fillon devant les parlementaires UMP, qui avait déclaré : « Quant aux adolescents ingérables et récidivistes, qui pourrissent la vie des établissements scolaires, il faut leur donner la possibilité d’aller dans des établissements qui sont adaptés à leur situation. Et ces établissements, nous allons commencer à les mettre en place et nous allons poursuivre l’effort dans ce domaine ».

Luc Chatel a donc annoncé l’ouverture d’une école de perfectionnement par canton, qui sera confiée à un directeur recruté sur profil par les inspecteurs d’académie, avec le droit de choisir les adjoints qui seront affectés dans son école. « Ce sera beaucoup plus efficaces que l’actuelle gabgie provoquée par l’action des Réseaux d’Aide, et je m’engage à ce que la moitié des économies réalisées avec les suppressions de postes de RASED soit affecté aux primes versées à ces enseignants méritants » a notamment déclaré le ministre. Une infirmière sera nommé sans chacune de ces nouvelles écoles, chargée notamment du suivi avec les médecins du traitement psychotrope des élèves.

Une fois de plus, le collectif « Pas de Zéro de conduite pour les enfants de trois ans » s’est ému de ce qu’il considère comme excessif, considérant que le ministre s’engageait dans une pêche au voix qui sentait la marée.

Voir les détails de l’annonce ministérielle

Messages

'