SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Carte scolaire 2010

Carte scolaire 2010

mardi 23 mars 2010, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Conseil Départemental de l’Education Nationale :
réunion du lundi 22 mars

Le CDEN consacré à la carte scolaire dans le premier et le second degré s’est réuni ce lundi 22 mars sous la présidence du Préfet de l’Yonne.

L’inspecteur d’Académie a procédé à un bel exercice de communication, cherchant à démontrer qu’il prend en compte les situations particulières locales. Il est ainsi revenu sur un certain nombre de fermetures conditionnelles annoncées lors du CTPD du 4 février. Il n’y a pas eu de véritable débat, les choses étant ficelées à l’avance. Et quoiqu’il s’en défende, la calculette est bien présente dans ses décisions, puisqu’il organise lui-même une véritable « foire » à l’élève, mettant certaines écoles en demeure de trouver 1 ou 2 ou 3 élèves d’ici juin pour éviter une fermeture.

Les fermetures annoncées le 4 février sont désormais définitives .

L’inspecteur d’Académie a également confirmé la création de 14,5 postes de décharge de direction afin de compenser la disparition des PE2. Il s’est bien gardé de présenter avec précision les modalités de création et de pérennisation de ces postes. En effet, pour septembre 2010, le département profitera de l’effet d’aubaine constitué par l’arrivée simultanée de PE2 sortants et de 29 lauréats au concours CRPE. Comment fera t-il pour les pérenniser en septembre 2011 ? En fermant 29 classes ?

Pour le Premier degré, l’Inspecteur d’Académie a donc annoncé 18 fermetures fermes, et 5 fermetures conditionnelles, pour 9 ouvertures.


RETRAITS D’EMPLOIS

Fermetures « fermes » en école élémentaire et primaire

Beugnon (2ème classe)

Sens G Marnot (4ème classe)

Paron P Curie (6ème classe)

Auxerre Pont (7ème classe)

Villeneuve l’Archevêque (7ème classe)

Auxerre Piedalloues (9ème classe)

Thorigny sur Oreuse (6ème classe)

Vireaux (3ème classe)

Piffonds (4ème classe)

Tanlay (6ème classe)

Escolives Ste Camille (6ème classe)

Avallon V Hugo (9ème classe)-RRS

Tonnerre E Bernard (12ème classe)-RRS

.
.

Chatel-Gérard (Regroupement avec Etivey)

Fontaines - Fontenoy - Levis - Leugny - Moulins /Ouanne : 2 fermetures

pour ces deux cas, sans fusion des écoles il y aurait eu autant ou plus de fermetures.


Fermetures fermes en école maternelle

Aillant/Th (3ème classe)

Ancy le Franc (3ème classe)


Fermetures conditionnelles en école élémentaire ou primaire

Les fermetures conditionnelles seront annulées si les effectifs d’enfants inscrits atteignent le seuil fixé par l’Inspecteur d’académie et que la liste des élèves inscrits lui soit transmise afin de vérification.

Joux la Ville (5ème classe)

St Florentin P Janson (6ème classe)

Saint-Sauveur en Puisaye (3ème classe)

Fermetures conditionnelles en école maternelle

Appoigny (5ème classe)

Chablis (6ème classe)


ATTRIBUTIONS D’EMPLOIS

Ouvertures en école élémentaire

Villefranche St Phal (4ème classe)

Senan (4ème classe, régularisation)

Ouvertures en école maternelle

Chéroy (4ème classe)

Villeneuve la Guyard (6ème classe)

Sens Cour Tarbé (7ème classe)

Neuvy-Sautour (3ème classe)-RRS

Sens Arènes (4ème classe)-RRS

Sens P Larousse (5ème classe)-RRS

Auxerre M Noël (6ème classe)-RRS


Pour la première fois, les représentants des délégués Départementaux de l’Education Nationale ont fait une intervention solennelle en CDEN.

Ils sont intervenus sur 3 points importants :

- la défense de l’école maternelle et de la scolarisation à deux ans

- la défense des RASED

- le devoir pour l’Etat de consacrer ses efforts à l’école publique plutôt qu’à l’enseignement privé.


Déclaration préalable de la FSU au CDEN du 22 mars 2010

Après le succès du plan « Ecoles Numériques rurales », la publication du rapport Fourgous sur l’école numérique nous interpelle.

Au terme d’un travail d’une ampleur et d’une qualité qu’il faut saluer, ce rapport de la mission met en avant le retard pris dans l’intégration des TICE dans l’enseignement.
Pour mémoire, nous ne sommes qu’au 8ème rang en Europe pour l’équipement informatique des établissements scolaires et au 24ème sur 27 pour les usages en classe. Le rapport propose qu’un énorme effort soit consenti pour que le système éducatif français soit réellement en phase avec les besoins et les attentes dans ce domaine.

Cette mission, qui a auditionné un grand nombre d’acteurs (dont la FSU), a le mérite de pointer de manière très précise aussi bien des aspects matériels (connecter et équiper les écoles au numérique), que des conditions indispensables (former les enseignants).

Afin de favoriser l’égalité des chances et la réussite scolaire de tous les territoires, ce rapport appelle des mesures d’urgence. La FSU propose que le ministère mette rapidement en place un groupe de travail associant l’Education Nationale, les représentants des collectivités territoriales et les enseignants pour que les propositions de ce rapport se transforment en actions concrètes.

Nous proposons plusieurs pistes de travail :

- La mise en place d’un référentiel national de formation aux usages TICE qui déclinerait un contenu de formation et des modalités d’accompagnement des enseignants.

- L’élaboration d’une convention Etat-communes qui définit la hauteur des financements pour l’achat du matériel mais aussi clarifie les responsabilités de l’état et des communes pour l’entretien et la maintenance.

- La création d’un observatoire de l’équipement et des pratiques numériques pédagogiques dans les écoles (qui n’est qu’une reprise de la mesure 58).

Monsieur le Préfet, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, Mesdames et Messieurs les élus, merci de bien vouloir signifier au ministre que la balle est désormais dans son camp, tout en sachant bien que nous pouvons, nous aussi, ensemble, nous mettre au travail dans ce département.

Concernant les Arts et la Culture dans notre département, la FSU vous alerte.

Le département de l’Yonne a toujours fait le choix d’honorer les classes PAC (classes à projet artistique et culturel), reconnaissant ainsi la nécessité d’introduire la culture dans nos établissements, avec des budgets allant de 800 à 1200 euros. Sur ce budget pédagogique, étaient décomptés également le financement des douze "classes expérimentales Ecole et cinéma" ainsi que celui des cartables de cinéma (13 cartables de documents et supports variés) qui circulent dans les classes et qui sont complétés pour être en lien avec les projections de l’année.

La totalité des classes expérimentales a été annulée... faute de crédit alors que ce travail dans l’Yonne avait de nombreuses fois été cité en exemple au niveau national.

Aucun cartable n’a été complété cette année. De plus, les deux nouveaux secteurs ruraux d’Ancy le Franc et Champignelles n’ont aucun cartable à leur disposition par manque de crédits là aussi.

Le département a toujours encouragé le travail des classes avec les artistes, avec des partenariats privilégiés comme les musées et les structures culturelles de l’Yonne.

Le département a toujours soutenu l’innovation pédagogique dans ce domaine : création du Point Arts en 2001, du Pôle Lecture, Arts et culture en 2006 avec un budget de fonctionnement pour ce Pôle de 2000 € en 2009. Le Point Arts a eu jusqu’en 2008 des subventions du Conseil Général (1000 à 2000€ chaque année pour l’achat de documents ou l’intervention d’artistes).

Alors que dans les autres départements, on s’appuie sur la venue de l’Histoire des Arts dans les programmes pour faire renaître les classes à PAC (qui sont toujours inscrites dans les textes), là où elles avaient presque disparu, voilà que notre département se décide à les éliminer !
Va-t-on abandonner vraiment cette dynamique qui avait mis du temps à s’inscrire dans la pratique des classes ?

A la FSU, nous avons du mal à croire que nous passerions de cette attitude volontaire et novatrice à ... plus rien ! Sans aucune explication pour les équipes enseignantes qui demeurent motivées pour leurs élèves.

'