SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Sur l’action : réactions des collègues du département

Sur l’action : réactions des collègues du département

vendredi 16 octobre 2009, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Le Conseil National du SNUipp a décidé de mettre en place un plan d’action : « il estime nécessaire le recours à la grève dans la période du budget. Il demande que dans ce cadre, la FSU propose une journée de grève unitaire dans l’éducation. »
Cette proposition n’a pas pu déboucher sur une décision ou des initiatives en octobre lors des dernières intersyndicales.

Lors de rencontres mi-octobre avec les Fédérations de l’Education puis avec les 25 organisations qui composent le collectif "Un pays, une école, un avenir", le SNUipp et la FSU renouvelleront leurs propositions de grève unitaire tant au niveau interprofessionnel qu’au niveau de l’Education et de la Fonction Publique, en précisant que nous prendrons nos responsabilités dans l’Education si nécessaire.

La FSU prendra sa décision lors du CDFN des 20 et 21 octobre, notamment sur une grève dans l’éducation nationale, pendant l’examen du budget au parlement (3ème semaine de novembre).

Le SNES, le SNEP, le SNUEP, le SNASUB, syndicats du second degré de la FSU ont déjà annoncé avoir des mandats avancés dans l’hypothèse d’une grève éducation de la seule FSU ou dans un cadre unitaire restreint.

Le SNUipp de l’Yonne a contacté ses syndiqués pour connaître leurs réactions sur un appel à la grève :

- Je suis partant pour cette journée d’action, mais dans les profondeurs de la Puisaye, je ne suis pas certains que nous soyons nombreux dans ce cas !

- OK pour moi !

- comme d’hab., oui à la grève ! ce qui est pris au PUBLIC profite au privé...le démantèlement est en marche ; il est urgent que tous les enseignants du laïc fassent entendre leur opinion !

- bonjour, Je suis bien sûr favorable à cette journée de grève ; Cordialement

- Bonjour,

Il est évident que je prendrai part à la journée de grève et j’espère que cette journée sera suivie par une grande majorité de collègues : je sais qu’au sein de l’équipe du regroupement (ESI qui ressemble pas mal à l’EPEP), nous ne serons pas nombreux à participer, malheureusement, alors que ces mêmes collègues qui refusent toute action se plaignent des conditions d’enseignement et des sureffectifs.

- Pour moi, c’est un grand OUI.

- Bonjour,

Je suis d’accord pour cette journée d’action.

Bon courage. Bien cordialement.

- Bonjour,

Je suis d’accord pour cette action.

Cordialement.

- bonsoir,
je suis partante pour l’action prévue en novembre. Nous en discutons demain à l’école.

- Je ne fais pas partie des gens qui pensent que c’est facile, que les syndicats ne font pas leur boulot (j’ai ma cotisation dans la poche pour vous la donner au fsl) mais les grèves d’une journée m’ont vraiment démobilisé l’an passé, et si je fais cette prochaine ce sera désabusé.

- Dans notre école, l’an passé presque tous les enseignants faisaient grève. Cette année, ce sera l’ensemble, après sondage rapide, donc école fermée.

- Pour une grève, en espérant qu’elle soit le plus unitaire possible, mais si un accord n’est pas obtenu je suis pour que la FSU appelle seule.

- Bonjour,
Je suis favorable à cette proposition de journée d’action.

Lors d’une conférence téléphonique entre les autres départements et le SNUipp national, tous ont noté le ras-le-bol des collègues face à la surcharge de travail, des collègues moroses, en attente, confrontés souvent à des rapports de force face à la hiérarchie (IEN, IA), avec des conditions de travail très dégradées.

Sur l’appel à la grève, même si seule FSU, tous se sont prononcés POUR, avec des AG, sur le budget mais en le déclinant pour montrer l’impact sur la maternelle, les RASED, l’APED, les conditions de travail. Avec la nécessité de la construire, et de donner des perspectives, pas une grève d’un jour, l’inclure dans un programme d’actions avec un calendrier précis et resserré, y associer nos parents d’élèves.

Vous aussi, exprimez-vous !

Messages

  • La grève d’une journée ne mobilise plus.

    Il est temps de revenir à des explications des actions de grève, école par école, commune par commune, par des militants du SNUIPP. Il faut mobiliser les jeunes de la profession qui, pour la plupart,sont déjà désabusés avant que d’être abusés.( faute d’infos peut-être mais aussi d’envie car peu sollicités).Il faudrait revenir à ce que j’ai connu, jeune instit, il y a quarante ans, à des soirées syndicales régulières par secteur.
    Le contact, l’implication personnelle, passe surtout par le biais d’une relation vraie.....pas par une feuille d’appel à la grève ou un mel.
    Soyons coopératifs dans la démarche.
    Echangeons, mutualisons, nous n’en combattrons que mieux.

'