SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Grippe A

Grippe A

dimanche 27 septembre 2009, par Eric Apffel

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Sur cet unique point d’ordre du jour, le Comité Hygiène et Sécurité Académique s’est réuni le lundi 21 septembre

Plusieurs collègues nous ont contacté face à des évènements ponctuels parfois étonnants : demande de numéros de portable personnels, réception de cartons de masques sans aucune explication. Associés aux annonces médiatisées de fermetures de classe, tout ceci risque fort de mener à une espèce de psychose.

D’ailleurs, en Côte d’Or, une classe a été fermée puis réouverte dans la même journée. 17 élèves étaient absents. Après information, il s’est avéré que 17 familles avaient gardé leurs enfants par crainte de grippe alors qu’aucun cas n’était présent.

Tentons de faire le point :
- Les connaissances sur la grippe évoluent quasiment au jour le jour. La façon de gérer la pandémie suit le même rythme.
- Déclenchement d’une alerte : pour plusieurs raisons dont le secret médical, il est impossible, la plupart du temps, de connaître les cas, à fortiori les cas groupés.
- Fonctionnement des écoles

  • Nous avons fait remarquer que l’administration raisonnait toujours en pensant au second degré (ce qu’elle a reconnu) et que les consignes données ne pouvaient que difficilement s’appliquer dans les écoles. Le texte de référence est une circulaire qui en est une parfaite illustration.
  • Les fermetures de classe ou d’école vont certainement être abandonnées. Les leçons de l’hémisphère sud montrent qu’elles sont inefficaces.
  • C’est au préfet de prévenir les parents s’il prend cette décision. Ce fait rend totalement inutile la nécessité pour l’Inspection Académique de collecter les numéros personnels des directeurs. BaseEleves pourrait enfin trouver une utilité concrète.
  • le masque type FFP2 protège celui qui le porte, le masque chirurgical évite au malade de contaminer son entourage.

- Personnels à risque

  • La grippe A n’est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière. Cependant, chez les femmes enceintes (dernier trimestre), les personnels diabétiques, ayant des affections respiratoires ou présentant une obésité morbide, la grippe peut présenter un danger particulier. Si médecines du travail et de prévention étaient réglementairement dotées, ces personnels seraient connues des services et pourraient bénéficier de mesures de prévention. Ce n’est pas le cas. Nous les invitons à se faire connaître du Docteur Boiron, médecin de prévention au rectorat.
  • la difficulté à identifier les situations à risque (cas groupés) comme indiqué plus haut, risque d’exposer ces personnels malgré tout. Dans certains cas, le droit de retrait pourrait être justifié.

Alors ?
- Faire au mieux pour éviter la transmission, surtout en présence d’un élève (ou adulte) ayant les symptômes à l’école.
- Profiter de cette pandémie pour obtenir les conditions sanitaires qui devraient être ordinaires dans les écoles : distributeur de savon, séchage des mains, lavabos en nombre suffisant, nettoyage des lieux, en particulier des poignées de portes et des boutons de robinets (ou mieux, système à commande non manuelle).

Rappel :

Lorsqu’une personne présente les symptômes suivants :
- toux ou difficultés respiratoires

et
- fièvre ou courbatures ou grande fatigue

Fair eau mieux pour qu’elle soit être isolée de la communauté scolaire. C’est à dire être mise en un lieu ou les postillons émis avec sa toux ne puissent atteindre d’autres personnes et où les contacts physiques sont impossibles.

Si c’est un élève, il doit rester sous la surveillance d’un adulte. Il convient de demander aux parents de venir le prendre en charge au plus vite.

'