SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Maternelle : le retour des jardins d’éveil

Maternelle : le retour des jardins d’éveil

lundi 6 avril 2009, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

On croyait l’idée des jardins d’éveil enterrée, la voilà qui resurgit !
Il est décidemment impossible d’avoir confiance dans la parole de ce gouvernement.

Raison de plus de se retrouver nombreux dans les réunions d’information syndicale du mercredi 8 avril et dans le rassemblement, le soir du même jour, visibles et revendicatifs.

Jardins d’éveil : subterfuge et tour de passe passe !

8000 places partiellement financées et … 14 000 supprimées

Nadine Morano secrétaire d’Etat à la famille et Xavier Darcos,
ministre de l’Education Nationale viennent d’annoncer
l’expérimentation de jardin d’éveil dans les écoles maternelles en
septembre 2009. Le ministre avait pourtant affirmé que les conditions
d’inscriptions à l’école maternelle n’étaient pas modifiées à la
rentrée 2009 : il s’agit bien avec cette annonce, de substituer à
l’école maternelle, lieu d’éducation et d’apprentissage, une garderie
beaucoup plus coûteuse pour les familles.

De plus l’annonce du financement partiel de 8000 places à la rentrée
2009 ne peut cacher la baisse régulière de la scolarisation des élèves
de moins de trois ans à l’école maternelle. En effet le taux de
scolarisation des enfants de moins de 3 ans est passé de 35,4 % en
2000 à 21,3 % à la rentrée 2008 (chiffres MEN) : ce sont 14 000 élèves
supplémentaires qui chaque année ne trouvent pas de place à l’école
maternelle ! Pour maintenir le même taux de scolarisation en 2008
qu’en 2000 il aurait fallu inscrire 113 000 élèves supplémentaires !

Ainsi au temps des excuses après les propos blessants prononcés vis à
vis des enseignants de maternelle n’aura pas succédé le temps des
mesures positives en faveur des élèves.

Alors que l’intérêt des enfants nécessite de travailler la
complémentarité et la continuité entre les structures d’accueil de la
petite enfance et l’école maternelle, cette mesure cache mal la
volonté d’économiser des postes à l’école maternelle, de remettre en
cause le principe de gratuité et d’aboutir à une réduction des
ambitions du service public d’Education. Cette mesure revient sur la
loi actuelle qui prévoit la scolarisation des enfants de moins de
trois ans, en priorité, dans les écoles situées dans un environnement
social défavorisé.

Pour le SNUipp, l’école maternelle est une véritable école. Première
scolarisation des élèves, authentique lieu de prévention et de lutte
contre les inégalités, elle mérite mieux que des a priori et des
polémiques. Le SNUipp réaffirme la nécessité de scolariser tous les
enfants dont les familles en font la demande y compris à partir de
l’âge de deux ans. Il appelle les enseignants des écoles et les
parents à multiplier les initiatives en faveur d’un développement de
l’école maternelle.

'