SNUipp 89

Syndicat National Unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC

Accueil > Le métier > Lecture > Illettrisme : un nouveau fléau ?

Illettrisme : un nouveau fléau ?

lundi 23 janvier 2006, par SNUipp 89

Lecture

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Une calamité jusqu’alors inédite semble-t-il, s’est abattue sur l’Ecole ces quinze dernières années : l’illettrisme. Ce nouveau fléau, conjugué à celui de la violence scolaire, donne parfois d’ailleurs au débat sur l’Ecole une certaine ambiance de catastrophisme. L’ « illettrisme », un terme encore quasiment inconnu il y a à peine vingt ans, est désormais une notion de l’ordre de la banalité - affligeante - pour l’espace public, médiatique et politique. Claude Lelièvre, historien, interroge le phénomène

Les intertitres ne sont pas de l’auteur. Ils sont ici destinés à favoriser la lecture à l’écran.

Tous les Français passent par l’Ecole obligatoire, et depuis longtemps. Depuis longtemps aussi, il y a des différences et des inégalités très sensibles dans leur maîtrise de la lecture. On se doute qu’il n’y a pas eu à cet égard, dans la réalité scolaire elle-même, un changement considérable au début des années 1980, moment où le terme d’ « illettrisme » a fait irruption dans l’espace publique ; tout au plus une inflexion, dans un sens ou dans l’autre. Ce qui s’est donc imposé à ce moment-là, avec ce nouveau terme d’illettrisme, c’est une autre vision. Et cette nouvelle vision n’est pas venue d’un changement profond dans la réalité même de l’apprentissage de la lecture et de ses résultats, mais d’une nouvelle appréhension - dans tous les sens du terme - de l’étendue, des enjeux, de la gravité des manquements à un apprentissage réussi de la lecture.

Quels chiffres ?

La question de la lecture est devenue alors une question dramatique, un drame national, et un drame national spécifique. Il suffit pour s’en convaincre de songer aux réactions beaucoup moins vives en général que suscitent de mauvais résultats dans d’autres disciplines pourtant valorisées par ailleurs. On ne s’attardera que sur un seul exemple, parmi bien d’autres possibles. En mai 1996, la Direction de l’évaluation et de la prospective (DEP) rend public le bilan des épreuves d’évaluations conduites lors de la rentrée. Pour les élèves entrant en sixième, il apparaît que seulement 9% d’entre eux « ne maîtrisent pas les compétences de base » en lecture contre 23% en calcul, alors que 41% des élèves de sixième « maîtrisent les compétences approfondies » en lecture contre seulement 18% en calcul. Il est tout à fait significatif (et pour le moins étonnant) que l’essentiel des commentaires de la presse soit consacré aux « mauvais résultats en lecture », alors que les résultats en mathématiques, pourtant nettement moins satisfaisants, ne sont guère commentés et ne deviennent d’aucune façon une affaire nationale, loin s’en faut. Certes, la lecture est indéniablement une discipline basique. Mais on sait aussi combien les mathématiques jouent un rôle dans la société moderne, et surtout combien elles jouent un rôle classant et sélectif dans les trajectoires scolaires.

Un peu de sémantique

Il est également remarquable que le terme d’ « illettrisme » ne soit pas apparu d’abord dans le champ scolaire, mais dans la mouvance d’ATD Quart Monde. Selon Bernard Lahire, le terme d’illettrisme a probablement été inventé en 1978. Le document s’intitule « Le Défi du Quart Monde ‘’.

Le Mouvement ATD Quart Monde engage alors un processus de mise en valeur de la question de l’ « illettrisme » par rapport aux autres éléments d’une situation misérable (logement, santé, emploi...). La question de la lecture, qui figurait jusqu’alors à la même hauteur que ces éléments, est désormais privilégiée et supposée être la clé fondamentale de la misère. En février 1980, le Mouvement ATD Quart Monde, qui veut faire de l’illettrisme une affaire d’Etat, envoie au président de la République Valéry Giscard d’Estaing un document intitulé : « Une priorité : détruire l’illettrisme ». L’ « illettrisme » est présenté comme « une cause et une conséquence de toutes les injustices et humiliations vécues par les enfants et les adultes des milieux les plus défavorisés ».

L’ « illettrisme » (le néologisme inventé et mis en valeur par le Mouvement ATD Quart Monde, puis popularisé par les médias en 1983) est officialisé par l’Etat en 1984. Un « Groupe permanent de lutte contre l’illettrisme » (le GPLI) est créé en 1984 par le gouvernement de Pierre Mauroy. Son premier président est Jean-Michel Belorgey, un député socialiste. Lorsqu’il démissionne en 1987, le Premier ministre de l’époque, Jacques Chirac, nomme alors à sa place François Bayrou, un député centriste. François Bayrou restera président du GPLI jusqu’à ce qu’il devienne ministre de l’Education nationale, en 1993. Le Groupe permanent contre l’illettrisme, fait suggestif, n’est pas d’abord hébergé par le ministère de l’Education nationale, mais par celui des Affaires sociales et de la Solidarité nationale.

Au début des années 80, l’ « illettrisme » est à la marge, celle des marginaux du Quart Monde. On évalue alors que 0,5% de la population en est frappée. Quelques années suivantes, il s’agit de 10 puis de 20 voire même 30% de la population. Et l’Ecole est bientôt impliquée, parfois mise en cause très directement. L’ « illettrisme » a quitté la zone des cas sociaux marginaux, des « zonards », pour se retrouver au centre de la zone des tempêtes du débat public sur l’Ecole.

Au milieu des années 80, alors que Jean- Pierre Chevènement est ministre de l’Education nationale, l’ « illettrisme » ne concerne pas encore directement l’Ecole. Il arrive bien au ministre de parler d’ « illettrisme », mais pas dans le cadre scolaire et avec une certaine distance ; par exemple à la Quatrième Conférence internationale de l’UNESCO sur l’éducation des adultes du 20 mars 1985 : « ce que nous appelons l’illettrisme traduit une fracture du corps social ». Pour l’Ecole elle-même, il s’agit, dans l’esprit de Jean-Pierre Chevènement, de restaurer les grands repères de l’Ecole républicaine attribués à Jules Ferry, et de recentrer les efforts de l’école primaire sur la trilogie emblématique du « lire, écrire, compter » (permettre aux enfants de maîtriser « de façon progressive et raisonnée la lecture et l’écriture, la langue française, c’est-à-dire l’orthographe et la grammaire, le calcul »). Il n’est aucunement fait alors un sort particulier à la lecture,

Il faut attendre la fin des années 80 pour que la thématique de l’ « illettrisme » prenne de la consistance dans un ministère ayant directement en charge la formation des personnes. Encore s’agit-il de celui de la formation professionnelle. Le 25 octobre 1988, une conférence de presse réunit André Laignel (secrétaire d’Etat chargé de la Formation professionnelle) et François Bayrou (président du Groupe permanent de lutte contre l’illettrisme). Ils rendent publics les résultats d’un sondage effectué par interviews sur un échantillon de mille personnes représentatif de la population française.
Cette étude, menée sur initiative gouvernementale et à la diligence du GPLI, distingue trois degrés d’ « illettrisme ». Elle affirme que 2,2 millions de personnes, soit 6,3% de la population adulte, éprouvent de très sérieuses difficultés à la fois pour lire et pour écrire. Elles sont incapables de lire une offre d’emploi, de rédiger un curriculum vitae ou une note manuscrite simple. Ce « noyau dur » de l’ « illettrisme » se recrute surtout parmi les personnes âgées : il est constitué à 48% des plus de soixante-quatre ans. D’autre part, 4% de la population adulte maîtrise mal la lecture uniquement. Ces adultes sont incapables de comprendre un texte simple, même lu à haute voix. Enfin 11,5% de la population adulte éprouvent des difficultés en écriture seulement. Ces personnes parviennent à peine à former des lettres ou font un nombre de fautes tel que la phrase ne peut être comprise par quelqu’un qui n’en avait pas une connaissance préalable.
On aura remarqué, dès cette première étude, le caractère composite et pluriel de l’ « illettrisme ». On aura remarqué aussi qu’il atteint de façon privilégiée des personnes ayant été élèves sous la Troisième ou la Quatrième République.
Ce tableau nouveau de la « France illettrée » doit, selon François Bayrou, permettre de mieux cibler les campagnes de sensibilisation et de formation : « Tous ceux qui accueillent des personnes âgées derrière les guichets des administrations devraient savoir qu’un Français sur deux de plus de soixante-cinq ans éprouve des difficultés de lecture et d’écriture alors qu’il prétend avoir oublié ses lunettes. Tous les programmes de formation devraient tenir compte de ce phénomène ».
Sept mois plus tard, au Conseil des ministres du 10 mai 1989, le secrétaire d’Etat chargé de la Formation professionnelle présente une communication sur la contribution de la formation permanente à la lutte contre l’illettrisme « qui concerne à des degrés divers 20% de la population de la France ».

Un pas de plus, et l’ « illettrisme » va pouvoir concerner la formation initiale elle-même. C’est fait concrètement en mars 1989, au moment où le ministre de l’Education nationale Lionel Jospin assure une grande publicité au « rapport Migeon » en lui donnant suite, (un rapport qui fait la part belle aux conclusions pessimistes). C’est à ce moment là que s’impose l’idée, comme il est dit dans le rapport, qu’au moins « 20% d’élèves ne savent pas lire en sixième ». Michel Migeon, ancien recteur de Lille, établit ce constat à partir de deux sources : une enquête de l’INRP et surtout une étude de la DEP. Or la simple lecture des conclusions de cette dernière étude (telles qu’elles sont formulées par son auteur, Jean Vogler) donne le sentiment étrange d’un certain décalage avec celles qu’en a tirées le recteur Migeon.

Pour l’auteur de l’étude, entre 72% et 80% des élèves de CM2 sont capables, selon le degré de difficulté des textes qui leur sont présentés, d’en saisir globalement le sens et d’y prélever des informations pertinentes. Il s’agissait, en effet, de mesurer l’adaptabilité des écoliers aux exigences du collège, alors même que l’on s’accorde à trouver que le hiatus école-collège reste important. Et les conclusions de l’étude ne sont pas particulièrement alarmistes. Mais le recteur Michel Migeon choisit de faire une lecture « par défaut » des données de l’étude de la DEP. « Par soustraction, affirme-t-il dans son rapport, on peut en déduire qu’un minimum de 20% de jeunes quittent l’école primaire sans savoir lire ». Alors que l’on peut seulement en toute rigueur dire qu’environ 20% des élèves auront des difficultés (momentanées ou non, pour lire avec profit les textes sur lesquels ils devront travailler au collège ; ce qui, bien entendu, engendre des dysfonctionnements réels qu’il convient de traiter de façon urgente), le recteur Migeon tire la conclusion spectaculaire et quelque peu alarmiste qu’un cinquième des jeunes quittent l’école sans savoir lire, sont ‘’illettrés’’. On perçoit bien ici les ambiguïtés qui sont en jeu dans la notion d’ « illettrisme ». De quoi s’agit-il au juste ? De quoi parle-t-on ?

1989 : un diagnostic, une proposition : les cycles

En tout état de cause, pour remédier à une situation perçue comme inquiétante, le recteur Migeon préconise dans son rapport un apprentissage continu de la lecture, de la maternelle au collège, rythmé en trois cycles de trois ans : la petite enfance (deux à cinq ans), les apprentissages premiers (cinq à huit ans) et les approfondissements (huit à onze ans). On peut constater - et c’est un signe de l’importance accordée au problème de la lecture (de l’ « illettrisme ») - que la structuration actuelle de l’école élémentaire en cycles tient là son origine.

Une telle organisation, selon le recteur Migeon, éviterait d’abandonner en route les élèves les moins rapides, à condition qu’il y ait une continuité des contenus et des démarches pédagogiques. Des liens étroits, en particulier, devraient exister au cycle des apprentissages premiers entre les maîtres de la grande section de maternelle, du cours préparatoire et du cours élémentaire première année. L’idéal serait que le même enseignant suive les enfants au CP et au CE1. « Le plus important est de peser sur la constitution d’équipes pédagogiques d’instituteurs expérimentés, pour mener à bien l’acquisition du premier niveau de lecture-écriture », souligne Michel Migeon, qui déplore que ces classes soient encore trop souvent confiées à des débutants.
Il souhaite enfin que les académies organisent chaque année l’évaluation des acquis de tous les élèves entrant en CE2 et en sixième, et que les parents et les enseignants en soient les destinataires (les résultats personnalisés de ces évaluations devant être au fondement d’ « actions de soutien ou de reprise d’apprentissage en début de classes de CE2 et de sixième »).

Le ministre de l’Education nationale Lionel Jospin, à la suite de ce rapport, annonce en mars 1989 qu’il sera procédé, dès la rentrée suivante, à une évaluation des acquis des élèves de CE2 et de sixième, en français et en mathématiques. Des modules de formation continue seront mis au point pour les enseignants qui sont confrontés à des difficultés particulières d’apprentissage de la lecture. Des « missions lectures » permettront à des maîtres qualifiés d’apporter une aide à leurs collègues. Des missions mixtes d’inspection seront mises en place pour les écoles maternelles et élémentaires. Un peu plus tard, le Directeur des Ecoles Jean Ferrier sera le maître d’œuvre de la structuration de l’école primaire en cycles, décidée dès 1989 par Lionel Jospin.

Le 28 septembre 1992 Jack Lang, qui a succédé à Lionel Jospin au ministère de l’Education nationale dans le nouveau gouvernement dirigé par Edith Cresson, présente un « plan pour la lecture » destiné aux écoles et aux collèges. Le ministre souhaite amplifier et mieux cadrer la politique de création des bibliothèques-centres documentaires (BCD) initiée huit ans plus tôt par Jean-Pierre Chevènement. Dix milliards de francs sont consacrés à la rentrée 1993 aux BCD dans vingt départements pilotes. L’ensemble des textes officiels sur l’apprentissage de la lecture et de l’écriture à l’école élémentaire sont repensés et réécrits. Jusqu’à l’âge de cinq ans, l’enfant doit être « initié au monde de l’écrit » sous toutes ses formes. Pour l’ensemble de la scolarité élémentaire, les nouveaux textes officiels insistent sur la nécessité de « faire produire des textes » aux élèves.
Surtout, et c’est une première, le texte officiel tranche d’une certaine façon le débat sur les méthodes en changeant l’angle d’attaque : les méthodes d’apprentissage ne sont « qu’un élément parmi d’autres d’une pédagogie de l’écrit », qu’elles soient « syllabiques » (synthétiques), « globales » (analytiques), « mixtes » (généralement une méthode syllabique mâtinée d’un départ « global », cette « mixité » là étant celle sur laquelle s’appuient la grande majorité des instituteurs) ou « naturelles » (inspirées par la pédagogie Freinet). La lecture doit être un apprentissage continu qui ne se résume pas à l’enchaînement d’activités répétitives et mécaniques, ni au débat sur les méthodes.

1993 : Bayrou aux affaires

Quand François Bayrou devient ministre de l’Education nationale dans le gouvernement d’Edouard Balladur, au printemps 1993, à la suite de la victoire aux législatives du RPR et de l’UDF, il vient de passer six ans à la tête du Groupe de lutte contre l’illettrisme. On ne s’étonnera donc pas qu’il mette en valeur l’urgence de traiter le problème de l’ « illettrisme ». Dès les débuts de sa prise de fonction, il fait un certain nombre d’annonces publiques qui frisent la témérité. Premièrement il considère, et il le dit, que le taux des mauvais lecteurs est très élevé ; deuxièmement qu’il convient d’engager une politique ambitieuse pour le réduire de moitié en cinq ans (la durée de la législature qui vient de débuter) ; enfin qu’il faut détecter et propager pour cela les bonnes méthodes de lecture.

Dans une déclaration au « Monde » du 3 mai 1993, il indique qu’ « il faut tout mettre en œuvre pour que l’école puisse assumer sa mission fondamentale qui est d’apprendre à lire aux enfants », qu’ « il faut engager une politique ambitieuse pour réduire de moitié en cinq ans le nombre des enfants - 30% actuellement - qui ne savent pas comment lire et comprendre un texte simple » et qu’ « il faut pour cela que l’on puisse détecter de manière précoce les difficultés des enfants, et surtout que l’on puisse repérer et mettre en valeur les initiatives et les méthodes pédagogiques qui ont fait leur preuve, sur le terrain ». Un comité de spécialistes est chargé de mener « une réflexion sérieuse et objective sur les méthodes d’apprentissage, depuis la plus traditionnelle jusqu’à la plus moderne » et d’établir « un bilan incontestable ». Le but est clairement affirmé : « évaluer et retenir ce qui marche ».
Au congrès de la Fédération des parents d’élèves PEEP du 20 mai 1993, François Bayrou confirme : « il n’est pas acceptable qu’un enfant sur cinq, sur quatre ou sur trois, ne sache pas lire en sortant de l’école » ; il faut renforcer, dès l’école maternelle, « la détection des problèmes et des handicaps » ; il faut recenser très rapidement et de façon systématique « les méthodes qui marchent ».
Et il revient à la charge dans l’émission « L’heure de Vérité-France II » du 5 septembre 1993, au moment de la rentrée scolaire. François Bayrou affirme qu’il n’a pas désarmé dans son « objectif presque fou » de diminuer de moitié en cinq ans le nombre d’enfants non-lecteurs entrant en sixième. Sa méthode pour y parvenir repose sur une intuition : tous les enfants peuvent réussir si on leur fournit de bons maîtres et de bonnes méthodes d’apprentissage. Il suffit de les trouver et, en s’appuyant fermement sur les « maîtres qui réussissent », de les répandre dans les classes.

Evaluer les méthodes de lecture ?

L’ambition d’évaluer les méthodes de lecture n’était pas nouvelle, loin s’en faut. Des chercheurs aux Etats-Unis, au Canada anglophone et au Québec, en Belgique et en France même avaient déjà tenté de mesurer l’efficacité respective des différentes méthodes d’apprentissage connues et reconnues, sans succès probant à vrai dire. Chez les formateurs, et même à l’Inspection générale, l’attitude dominante à ce sujet était le scepticisme, cristallisé d’ailleurs depuis peu dans les récentes instructions officielles (pièce centrale du « plan pour la lecture » annoncé une année plus tôt par le précédent ministre de l’Education générale, Jack Lang, en septembre 1992) : on y lisait que les méthodes d’apprentissage ne sont « qu’un élément parmi d’autres d’une pédagogie de l’écrit ».

Les réticences l’emportent, et le ministre de l’Education nationale François Bayrou n’insiste pas longtemps. Alors que le 7 septembre 1993, il affirmait encore qu’il y a manifestement de « bonnes méthodes de lecture » qui permettent de « comprendre les mots par le déchiffrage des lettres » et qui sont valables pour tout le monde quels que soient les enfants et le niveau de leurs difficultés, le Bulletin officiel du 6 janvier 1994 publie sous le titre « lecture » trois articles qui réintroduisent les spécificités des élèves, et qui concluent « qu’il n’y a pas de méthode idéale ».
Début 1994, la Direction des Ecoles (l’une des grandes directions du ministère) produit un document qui est remis publiquement par le ministre de l’Education nationale François Bayrou à Luc Ferry, le nouveau président du Conseil national des programmes (CNP). Or, dans ce document qui doit servir de base à un nouveau texte officiel, on ne trouve pas trace de conseils ou de directives sur les méthodes de lecture, même si le document parle de « découverte systématique du code » et de la « maîtrise de la combinatoire et du sens par un déchiffrement progressif des mots et par référence au contexte ».
En définitive, les nouveaux programmes qui paraissent en février 1995 - signés François Bayrou - sont remarquables par leur « profil bas » sur les méthodes : « Il n’y a pas de méthode imposée d’apprentissage de la lecture. Toute méthode peut être utilisée à condition que son efficacité soit démontrée et qu’elle réponde aux besoins et aux possibilités des élèves. Il est de la responsabilité de chaque enseignant de déterminer les pratiques et les démarches pédagogiques appropriées ».

Réduire de moitié les 30% d’élèves en difficultés ?

Quid alors de l’ambition de réduire de moitié en cinq ans le taux de « 30% d’élèves qui ne savent pas comment lire et comprendre un texte simple », alors que l’ « intuition » de François Bayrou était que cela reposait sur la détection et la propagation des bonnes méthodes ? A la journaliste du « Monde » qui lui demande le 8 mars 1997, trois ans après son arrivée au ministère de l’Education nationale, « qu’est-il advenu de votre objectif de diminuer de moitié en cinq ans le pourcentage d’élèves qui entrent en sixième sans savoir lire ? », François Bayrou répond : « J’espère que les changements intervenus dans les programmes et dans l’organisation de l’école ont un peu amélioré les choses [...]. Je n’ai pas réussi à faire naître le grand débat qui est le préalable à tout progrès ». Et à la dernière remarque de la journaliste : « le Président de la République s’est récemment saisi de la question de l’illettrisme, vous contraignant, en quelque sorte, à reprendre le dossier », le ministre de l’Education nationale réplique : « Sur un sujet aussi complexe, l’engagement manifeste du chef de l’Etat est un atout et une force. Il aide à débloquer des résistances qui, sans lui, seraient trop fortes. Et c’est formidable qu’un président fasse de l’école sa priorité des priorités ».

Un nouveau protagoniste s’est en effet imposé en la matière : Jacques Chirac, élu en mai 1995 Président de la République malgré la candidature d’Edouard Balladur soutenue par François Bayrou au premier tour. Et le nouveau chef de l’Etat entend placer l’ « illettrisme », comme la « violence scolaire », au rang d’ « affaires d’Etat ». Ses interventions publiques sur la question sont multiples, répétées et diversifiées. Dès le 29 mars 1995, au cours de la campagne des présidentielles, Jacques Chirac proclame qu’il ne se résout pas « à accepter une situation où près d’un enfant sur deux entre en sixième sans comprendre ce qu’il lit ». Le 21 janvier 1996, dans un point de vue publié dans « Le Monde » et intitulé « La crise de l’enseignement est qualitative », il met en exergue l’interrogation suivante : « Doit-on rappeler que 30% des élèves admis en sixième ne savent pas correctement lire ? », qui sonne comme un rappel à l’ordre destiné d’abord à François Bayrou, qui a été confirmé à la tête du ministère de l’Education nationale.

Lors du conseil des ministres de rentrée, le 28 août 1996, le Président de la République met l’accent sur l’importance et l’urgence d’une « politique de lutte contre l’illettrisme », regrettant qu’il soit « l’un des aspects les plus importants, et dont on parle le moins, du drame de l’exclusion ». « La vérité, ajoute-t-il, c’est que, malgré les efforts entrepris, le nombre d’illettrés dans notre pays n’évolue guère ».
Et en cette même année 1996, Jacques Chirac nomme un « chargé de mission nationale sur l’illettrisme et l’échec scolaire », Alain Bentolila, professeur de linguistique à Paris V, un contempteur du Groupe de lutte contre l’illettrisme (qui a été longtemps présidé par François Bayrou), et un spécialiste du « durcissement statistique des problèmes flous », comme aime à le dire Bernard Lahire. Alain Bentolila collabore aux enquêtes du ministère de la Défense sur le niveau de lecture des conscrits depuis 1990.

Bentolila aux affaires

Dans son livre publié en 1996 (« De l’illettrisme en général et de l’école en particulier »), Alain Bentolila souligne qu’ « entre 1980 et 1990, les chiffres avancés en matière d’illettrisme en France ont varié de zéro (réponse à l’enquête européenne de 1979) à plusieurs millions (article de « Libération » du 22 mars 1988). Dans l’intervalle, selon les aléas de la vie sociale et politique, on a pu assister périodiquement à des poussées de statistiques qui tantôt voulaient prouver envers et contre tout que le niveau montait, tantôt alertait l’opinion sur la dégradation catastrophique de l’éducation dans notre pays ».

Le rapport de mission d’Alain Bentolila daté de juin 1997 et adressé au Président de la République Jacques Chirac apparaît comme une mise en cause du GPLI en particulier et du comportement des responsables politiques en général : « La mesure rigoureuse de l’illettrisme dérange. Elle dérange parce qu’elle met en cause l’activité d’institutions et d’organismes qui préfèrent que plane sur ce fléau un flou artistiquement entretenu [...]. On comprend ainsi pourquoi le projet d’un observatoire national de l’illettrisme préparé par l’INSEE, l’INED et l’Université de Paris fut enterré en 1993 par le GPLI qui eût du en être le parrain [...]. Ceux-là mêmes qui ont eu la charge de définir et de mettre en œuvre une stratégie cohérente de lutte contre l’illettrisme ont accumulé erreurs et approximations dans l’indifférence d’un monde politique plus préoccupé de se servir de l’illettrisme que de veiller à son éradication ».

Pour sa part, Alain Bentolila considère avoir mis au point un test fiable, fidèle et probant pour évaluer et classer les performances en lecture des conscrits. Il souligne que, depuis que cette évaluation a commencé, en 1990, les résultats au test obtenus chaque année n’ont varié que dans des proportions insignifiantes.
Cinq « familles » de « lecteurs » ont pu être distinguées qui correspondent chacune à un même seuil de performance. La famille A regroupe des individus qui se situent en deçà de la lecture de mots simples et isolés ; on peut considérer que l’on a affaire à des personnes en situation d’analphabétisme. La famille B comprend ceux qui sont en deçà de la lecture de phrases simples et qui ne sont capables que d’identifier des mots isolés. La famille C rassemble les personnes qui se trouvent en deçà de la lecture de textes courts, même s’ils sont capables de lire des phrases simples. La famille D regroupe les individus qui sont certes capables de lire des textes courts, mais qui se situent en deçà de la lecture approfondie d’un texte ; ils ne sont capables que d’en extraire quelques informations explicites. La famille F rassemble les personnes qui sont capables d’une lecture approfondie d’un texte.

En 1995, les résultats sont les suivants : « 1% des jeunes adultes sont analphabètes (famille A) ; 3% ne dépassent pas la lecture d’un mot simple isolé (famille B) ; 4% sont limités à la lecture de phrases simples isolées (famille C) ; 12% ne sont capables que de la lecture superficielle d’un texte court et simple (famille D) ; 80% ont la capacité de lire un texte de façon approfondie (famille E) ».

Il est bien sûr possible de mettre en question tel ou tel aspect de ce test. Mais il apporte au moins quelque raison d’ordre technique dans une question diablement confuse, traitée trop souvent de façon sauvage voire furieuse. D’autant que ce type de test n’est pas considéré comme intangible ou indépassable par son principal auteur, si l’on en juge par une thèse soutenue à Paris V (dont le directeur était précisément Alain Bentolila), intitulée « Le repérage de l’illettrisme ».

Cela n’a pas cependant mis fin, et on ne saurait s’en étonner, aux controverses statistiques sur l’ampleur de l’ « illettrisme » et aux considérations plus ou moins (mal) fondées.
On peut s’étonner, d’une façon générale, que l’inflation statistique et les controverses sur les taux de « mauvais lecteurs » aient tendu à saturer le débat sur l ‘ « illettrisme ». Quitte à se plonger dans les chiffres, il serait sans doute préférable que les hommes politiques qui peuvent avoir en charge l’Education nationale méditent ceux qui concernent la grande dispersion des pratiques et des temps d’apprentissage de la lecture (s’il s’agit d’être vraiment efficient).

Pourtant, la presse nationale elle-même s’est parfois faite l’écho, dès la rentrée 1994 puis à celle de 1996, d’études publiées par la Direction de l’Evaluation et de la Prospective (DEP), qui montraient combien les horaires consacrés aux différents enseignements (en principe fixés par les textes officiels) pouvaient varier d’un instituteur à un autre. Ainsi, sous le titre « Pédagogie à géométrie variable », le journal « Le Monde » du 27 octobre 1994 met en valeur que « le relevé méthodique du temps réel d’apprentissage dans les deux disciplines principales de l’école élémentaire révèle que, d’un maître à l’autre, le temps consacré aux mathématiques varie de 1 à 3,3 ; celui dévolu au français de 1 à 4 ».

Comme l’indique très explicitement la note d’information de la DEP de juillet 1996 (sur « les pratiques d’enseignement en classes de CE2 ») « les observations de 1995 confirment la très grande variabilité des pratiques d’une classe à l’autre, notamment en ce qui concerne l’utilisation du temps de classe, pourtant régi par des textes officiels. Cette grande variabilité des pratiques pourrait être source de ‘’ l’effet-maître ‘’ qui a été mis au jour dans des recherches précédentes, à savoir le fait que, d’une classe à l’autre, les acquisitions des élèves ayant des caractéristiques semblables peuvent, en une seule année, varier notablement ».
Il est pour le moins curieux, alors que la question des méthodes de lecture a pu occuper le devant de la scène, que ce problème n’ait pas été traité publiquement par les responsables politiques concernés en place. On ne perçoit même pas qu’ils s’en soient préoccupés pour lui donner quelque suite que ce soit avant Luc Ferry, qui lui a fait un certain écho lors de son arrivée au ministère.

Allègre...

En juin 1997, le mois même où Claude Allègre a succédé à François Bayrou à la tête du ministère de l’Education nationale dans le nouveau gouvernement dirigé par Lionel Jospin, était pourtant parue une note de la DEP sur « L’enseignement de la lecture au CP et au CE1 ». Cette Note présente les pratiques d’enseignement de la lecture telles que les déclarent les quelque 1500 enseignants ayant répondu à une enquête réalisée en 1997 auprès d’un échantillon représentatif d’enseignants de CP et de CE1.

Les instituteurs déclarent consacrer en moyenne à la lecture 6h30 hebdomadaires au CP et 4h au CE1. Mais, comme le dit très clairement la Note de la DEP, « ces durées moyennes hebdomadaires cachent en fait de fortes disparités entre les classes : au CP, un quart des classes bénéficie de moins de 5h par semaine, et un autre quart d’au moins 8h ». Toujours au CP, 10% des instituteurs déclarent ouvertement consacrer moins de 4h hebdomadaires d’enseignement à la lecture, et 10% plus de 9h. La dispersion, les écarts entre enseignants (et donc entre classes) sont sensiblement du même ordre pour le CE1, et ils sont également très importants.

Le nouveau ministre de l’Education nationale Claude Allègre va-t-il se saisir du problème ? Il semble en tout cas avoir eu des vacances studieuses et avoir travaillé la question de la lecture puisqu’il déclare, à la rentrée scolaire de 1997, avoir étudié les Instructions pour l’enseignement primaire de 1923. « En ce qui concerne l’échec scolaire, le problème principal, c’est l’illettrisme. Dans quelque temps, nous dirons, Ségolène Royal et moi, ce que nous voulons faire. Sûrement pas un énième plan lecture. Mon livre de chevet, actuellement, c’est le programme officiel 1923-1924. Et en le lisant, on constate qu’on a marché à reculons. A l’époque, dans le primaire, la lecture représentait 50% du temps. Maintenant c’est un tiers du temps, et on se plaint de l’illettrisme ».

Le Ministère sait-il lire ?

Vérifications faites, il apparaît que le ministre de l’Education nationale a été un ... mauvais lecteur aussi bien des textes officiels de 1923 que de ceux de 1995. Il a confondu la « portion » dévolue à la lecture avec celle assignée à l’enseignement du français (lecture ; mais aussi écriture, orthographe, grammaire, rédaction) dans l’enseignement élémentaire : 9h hebdomadaires dévolues au français sur 26 h dans les Instructions officielles de 1995 (qui ne précisent d’ailleurs pas les horaires qui doivent être réservés à la lecture) soit un bon tiers, contre 15h hebdomadaires assignées au français sur 30 h dans les Instructions officielles de 1923, soit la moitié.

Il n’en reste pas moins que les masses horaires consacrées au français en général (et vraisemblablement à la lecture) ont fortement varié dans le temps.
Elles ont d’autant plus varié dans le temps que le nombre d’heures annuelles d’enseignement dans l’élémentaire a considérablement baissé, depuis le début de la Troisième République, par paliers successifs.

Il y a un peu plus d’un siècle, l’arrêté du 4 janvier 1894 définissait très précisément la durée de l’année scolaire et les périodes de vacances : six semaines de grandes vacances en été, une semaine à Pâques (plus quelques congés extraordinaires autour de quelques grandes fêtes). L’horaire hebdomadaire est de 30 heures, réparties sur cinq jours (le jeudi restant libre pour une éventuelle instruction religieuse). La durée de l’année scolaire est donc au total de 1338 heures, en 223 jours de classe (elle est actuellement officiellement de 936 heures, soit un tiers d’heures de classes en moins par an).

En 1922, les grandes vacances sont prolongées de deux semaines. Sous le Front populaire, nouvelles réductions (notamment en raison de deux semaines supplémentaires de grandes vacances accordées aux instituteurs, plutôt que des augmentations de salaires substantielles) :1128 heures dans l’année en 188 jours. Les vacances de Noël sont créées. De petites diminutions de jours de classe ont encore lieu en 1950 et 1956, et l’on se retrouve avec une durée d’enseignement de 1080 heures par an réparties en 180 jours.

En 1960, l’arrêté du 8 août du ministre de l’Education nationale Olivier Guichard abaisse l’horaire hebdomadaire de classe à 27 heures, de façon à libérer le samedi après-midi pour permettre « aux maîtres de consacrer à leur perfectionnement pédagogique un temps équivalent à trois heures par semaine ». Le syndicat national des instituteurs (le SNI) rappelle dès le 9 août qu’il revendique « 27 heures de travail par semaine pour les maîtres comme pour les enfants ». Il obtient rapidement gain de cause. La durée de l’année scolaire est fixée à 975 heures.

La loi d’orientation promulguée le 14 juillet 1989 ramène l’horaire hebdomadaire d’enseignement dans le primaire à 26 heures, afin que les instituteurs puissent avoir du temps dégagé pour leurs concertations d’école et de cycles. La durée annuelle d’enseignement est désormais officiellement de 936 heures.

En 1923, la durée annuelle d’enseignement dans le primaire était de 1278 heures, dévolues pour moitié à l’enseignement du français (soit 639 heures). A la fin du XX° siècle, la durée annuelle d’enseignement dans l’élémentaire est de 936 heures, dont le tiers seulement doit être réservé au français (soit 312 heures). La conclusion est simple. Un écolier de la fin du XX° siècle bénéficie à peine de la moitié des heures d’enseignement du français dispensées à un écolier de l’Entre-deux-guerres. Et il est attendu (en théorie) qu’il doit être pour le moins au même niveau à l’entrée en sixième...
Est-ce que l’on a vraiment réfléchi à nos priorités et à nos exigences de toutes sortes ? A leur compatibilité ? N’est-il pas temps - grand temps - d’y songer ?
Raison de plus, en tout cas, pour se préoccuper des variations actuelles d’horaires consacrés à l’enseignement de la lecture (très importantes entre certains instituteurs, certaines classes, et qui peuvent sans doute avoir des effets mal contrôlés). Le problème n’est toujours pas venu sur la place publique, et l’on ne sait toujours pas s’il a commencé vraiment à être traité avec efficacité et détermination

En définitive, comme le remarque Jacques Fijalkow, l’un des spécialistes de l’apprentissage de la lecture parmi les plus reconnus, « le champ de la lecture, longtemps limité au triangle constitué par l’enfant de six ans, son instituteur et ses parents, a été récemment investi par d’autres acteurs. Les chercheurs (psychologues, puis linguistes et enfin sociologues) sont entrés dans ce champ, avant que les médias s’y intéressent à leur tour. La question de la lecture, d’abord purement technique, a donc peu à peu acquis une dimension scientifique et un intérêt politique [...]. Au plan scientifique, en dépit d’un récent et appréciable volontarisme, il existe encore peu de travaux et donc pas de véritable débat entre chercheurs. C’est dire que l’essentiel se passe ailleurs, sur le plan médiatique, où la question est abordée d’une façon qui lui donne la dimension inquiétante d’un problème de société. En effet, le caractère relatif de la définition de l’illettrisme et les difficultés à l’évaluer semblent avoir ouvert la porte à une dramatisation du phénomène, sans commune mesure avec les faits réels [...]. Ainsi, et même si le système scolaire doit évidemment continuer à se battre jusqu’à son éradication complète, l’illettrisme est peut-être avant tout un problème médiatique, un OMNI (objet médiatique non identifié) dont la place est à chercher entre mythe et marché ».

Les interventions des politiques, inévitables et nécessaires à partir du moment où le problème est sur la place publique, ont généralement été de nature à alimenter la dramatisation médiatique plutôt que de la maîtriser. On se souvient des déclarations portant très haut le taux de mauvais lecteurs et de l’ « illettrisme », accompagnées d’annonces indiquant qu’il devait et qu’il allait reculer très vite, suivies le plus souvent d’un évitement de fait des problèmes concrets à traiter.

"L’Illettrisme", un cache-sexe ?

On peut se demander d’ailleurs si la notion d’ « illettrisme » (en raison de son caractère « flou » en dépit de quelques « durcissements statistiques »), n’occulterait pas plus qu’elle ne désignerait les véritables problèmes à traiter dans leurs spécificités clairement identifiées. Peut-on rester pris dans les glissements incessants de sens que recouvre la notion d’ « illettrisme » si l’on se soucie d’être vraiment opératoire et efficace ? Qu’y a-t-il de commun par exemple entre les problèmes de lecture des « marginaux » du « Quart Monde » (ou des élèves en situation de fait de quasi analphabétisme) et ceux relevant de la prolongation quasi générale de la scolarité qui requiert des niveaux de lecture (ou plutôt l’acquisition de types ou de modes de lectures) qui jusque là étaient seulement l’apanage d’une minorité ?
Comme l’a souligné avec force Jean Ferrier (ancien Directeur des Ecoles et Inspecteur général de l’Education nationale) dans son rapport sur l’Ecole primaire commandé par Ségolène Royal : « L’école primaire, qui dispensait antérieurement des savoirs et des savoir-faire en prise directe avec les pratiques sociales et professionnelles auxquelles les élèves se destinaient, enseigne aujourd’hui des disciplines scolaires définies pour être en continuité avec le modèle du second degré, c’est-à-dire beaucoup plus complexes quant à la nature des connaissances attendues, faites de savoirs plus abstraits et de méthodes de travail plus subtiles. C’est sans doute dans le domaine de la lecture que les conséquences ont été le mieux analysées sans que cela soit, pour autant, entendu de ceux qui font l’opinion publique. La lecture exigée n’est plus seulement la lecture fonctionnelle, courte le plus souvent, ou celle des morceaux choisis ; elle est devenue, pour tous, celle des lecteurs lettrés, une lecture polyvalente, longue éventuellement et silencieuse, une lecture qui permet de faire seul des apprentissages et d’accéder à la culture, une lecture qui requiert des attitudes critiques ».
On conçoit que cela ne soit pas facile à mettre en œuvre. Raison de plus pour s’y mettre en ne confondant pas les insuffisances à surmonter, qui sont de différents ordres (et souvent de natures différentes) selon les niveaux, les types, les modes de lecture. Il n’est pas sûr, loin s’en faut, que la notion floue et globalisante d’ « illettrisme » y aide, même si ses ambiguïtés se prêtent à la dramatisation, aux coups de théâtre et aux effets d’annonce (généralement sans lendemain) facilement reçus sur la scène publique.
Et raison de plus pour que l’on suive de près les résultats des actions menées effectivement (par exemple, l’effet des mesures prises au niveau du CP à la rentrée scolaire 2003, qui permettront qu’environ 70000 élèves apprennent à lire dans des divisions n’excédant pas dix élèves), ou que l’on s’intéresse aux retombées des résultats des recherches qui peuvent faire plus ou moins ‘’consensus’’ (la première tenue d’une ‘’conférence de consensus’’ sur l’état des recherches concernant l’apprentissage de la lecture - à l’instar de ce qui se pratique en médecine - aura lieu cette année scolaire ; et ce sera une première, à suivre attentivement ).

Extraits du livre de Claude LELIÈVRE « Les politiques scolaires mises en examen » - ESF - 2002

'