SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > CHSCT > Santé, Sécurité, Conditions de travail > H & S : études de cas > Travaux proches de l’école à Auxerre

Travaux proches de l’école à Auxerre

mardi 4 octobre 2005, par Eric Apffel

H & S : études de cas

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

A Auxerre, des travaux d’assainissement et d’embellissement du quartier ont lieu si près de l’école qu’enseignants et élèves craignent pour leur vie et fuient leurs classes.

JPEG - 17.4 ko
Tranchée
Maîtresse, y a un trou dans la classe !

PDF - 450.4 ko
Compte-rendu de visite
Lettre envoyé à l’IA suite à visite des écoles concernées

Les collègues alertent alors le SNUipp qui dépêche sur place son représentant au CHSD. Celui-ci collecte alors les informations et les faits, attestés pour certains par des photos. Il rend compte de sa visite à l’IA, chef de service des écoles.

Une solution temporaire a été trouvée par l’IEN et les collègues, mais faute d’avoir (par méconnaissance) suivi la procédure normale, il faut maintenant étudier si cette solution ne génère pas de nouveaux dangers.

Les élus venus sur place (mais il aura fallu que la presse s’en mêle) avaient semble-t-il, pour préoccupation première, d’apaiser les esprits. Encore une fois, et par méconnaissance, sans doute, une situation difficile va perdurer.


Qu’aurait-il dû se passer ?

  1. Au moment du retrait (fuite des classes)
    • Ce retrait devait être consigné dans le registre spécial (mais où se trouve-t-il ?).
    • Les collègues auraient pu trouver les coordonnées d’un membre du CHSD sur l’afichage obligatoire mentionnant la composition de cette instance.
    • Elles auraient également pu être conseillées par l’Acmo de circonscription (aucun dans le département à cette date).
  2. Un membre du CHSD constate le droit de retrait
    • Il avertit le chef de service (l’IA)
    • Il devrait consigner le droit de retrait dans le registre cité plus haut.
    • Une enquête conjointe du chef de service et du membre du CHSD serait menée immédiatement.
    • Le chef de service prendrait les mesures pour faire cesser le danger et en informerait le CHSD.
    • En cas de divergences entre les deux, le CHSD serait réuni dans les 24 heures et l’Inspecteur du travail serait saisi. Après avis du CHSD auquel participe l’Inspecteur du travail, l’IA prendrait la décision définitive.
'