SNUipp 89

Syndicat National Unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC

Accueil > Le métier > Psycho et enseignement... > "Le défi éducatif" : la psycho sociale au service des enseignants des écoles (...)

"Le défi éducatif" : la psycho sociale au service des enseignants des écoles ?

samedi 19 juin 2004, par Patrick Picard

Psycho et enseignement...

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Le défi éducatif

des situations pour réussir...

Certes, le titre n’attirera peut-être pas votre attention en tête de gondole du libraire. Le problème, avec les livres sur l’Education, c’est qu’il en sorte dix par semaines, dont nombre qui ne révolutionneront pas votre pratique auprès de vos élèves.

Bien que non-intéressé aux ventes, je vous recommande cependant chaudement la lecture de celui-ci.
D’abord, parce que l’angle de recherche des auteurs n’est guère diffusé. La psychologie sociale (c’est leur spécialité) les amène de penser les difficultés de l’élève non pas en fonction de " troubles " ou de " manques ", comme l’envisagent certaines entrées à la mode, mais en fonction des inter-actions sociales que rencontrent les sujets dans leur parcours scolaire.

Ça vous semble lointain, comme ça ? Voyons du concret :

- on vous demande de " faire travailler les enfants en groupe ", mais dans votre classe ça dégénère. Mais vous a-t-on déjà montré comment faire ? Vous a-t-on déjà précisé que certaines modalités du travail de groupe étaient inefficaces ? C’est le pari de Marie-Christine Toczek

- Vous ne savez pas comment " motiver " vos élèves ? Et si la question n’était pas là ? Ni carotte, ni bâton, mais engagement volontaire. Trop facile ? Robert-Vincent Joule explore quelques principes d’action largement utilisés par les vendeurs d’encyclopédies pour amener leurs sujets à collaborer. Dangereux et loin de votre éthique ? On en reparle après lecture...

- Pas réussi, la faute à qui ? Jean-Claude Croizet et Emmanuelle Neuville jettent un sacré pavé dans la mare des amateurs de dys- (lexie, praxie, calculie...) vendeurs de " nouvelles maladies déficitaires particulièrement contagieuses " en demandant de s’interesser de près aux conceptions de l’intelligence... et aux compliments qui en découlent. Que l’élève pense qu’il ne vaut rien en biologie, ou qu’il n’a pas réussi parce que l’exercice est trop difficile, ce n’est pas la même chose... L’intelligence, un acquis pour toujours, ou une faculté qui se travaille ? Et pour ceux d’entre vous qui penseraient que les auteurs enfoncent des portes ouvertes, un petit test à faire même sur la plage (p.80) devrait vous remettre les idées en place... L’auteur de ces lignes en fit récemment la cruelle expérience...

Il serait fastidieux de faire ici l’inventaire des autres chapitres qui traitent de sujets aussi divers que la violence à l’école, la mixité et l’égalité des chances ou les conduites à risques des ados.

La doxa n’a rien à voir avec les sciences sociales, et c’est bien ce qui nous donne quelques pistes d’actions concrètes et efficaces...


Sous la direction de Marie-Christine Toczek et Delphine Martinot
Le défi éducatif, des situations pour réussir
Armand Colin
346 pages, 22 euros
(à réclamer à votre CDDP ou IUFM préféré)...

'