SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC. Elections Professionnelles 2018 : Votez et faites votez SNUipp-FSU

Accueil > Le métier > Carte scolaire > Carte Scolaire 2017 > Académie de Dijon, dotation 0

Académie de Dijon, dotation 0

jeudi 21 décembre 2017, par Johann Goût, Nina PALACIO

Carte Scolaire 2017

L’académie de Dijon sera dotée en prévision de la rentrée prochaine d’aucun poste de professeur des écoles. A ce jour, nous ne connaissons pas encore les dotations départementales, mais nous pouvons craindre le pire pour l’Yonne, surtout avec 500 élèves en moins annoncés pour la rentrée.

Avec aucun poste supplémentaire au niveau académique, l’Yonne risque de ne disposer d’aucun enseignant supplémentaire. Les représentants du SNUipp89 risquent de s’entendre dire : « cela aurait pu être pire… »
Et pourtant…

Un département sous doté

L’Yonne est reconnue par l’administration comme sous dotée en nombre d’enseignants par rapport aux autres départements de l’académie. Force est de constater l’absence de volonté pour remédier à cette situation.

Un cercle vicieux

La spécificité de l’Yonne, à savoir un très grand nombre d’enseignants participant aux opérations de mutations (1 sur 10 l’année dernière), nécessiterait une dotation forte sur plusieurs années pour permettre à ces collègues de partir, mais également, aux autres d’accéder à leurs droits (temps partiels, disponibilité, congés de formation…). Autant de situations personnelles bloquées par les droits restreints des enseignants icaunais.

Des conséquences sur la carte scolaire

...bien évidemment. Le nombre de postes n’augmentant pas, la création de la trentaine de postes « cp dédoublés » se fera au prix de fermetures de postes. Fermetures de classes, ouvertures reportées, suppression des dispositifs pmqc, baisse des moyens de remplacement… autant de leviers pour la dasen qui correspondront à des situations d’inquiétude pour les enseignants et les parents d’élèves.

Un équilibre précaire

Si aujourd’hui l’Yonne est à l’équilibre, c’est bien grâce au recrutement massif de PES (stagiaires) qui sont placés à mi-temps en responsabilité dans les classes. Au-delà du fait que ces personnels sont utilisés comme des moyens d’enseignement, ce qui est largement contestable dans un plan de formation initiale, cette situation autant de collègues natifs d’un autre département qui viendront grossir par la suite les demandes de permutations. L’année dernière, plus d’1 enseignant sur 10 a demandé à partir de l’Yonne.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

'