SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Retour de la formation continue : les propositions du SNUipp89

Retour de la formation continue : les propositions du SNUipp89

dimanche 3 avril 2016, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Le vendredi 25 mars s’est tenu un groupe de travail sur la formation.

Ce retour à une vraie formation continue, le SNUipp89 le réclame depuis plusieurs années. Aussi, nous avions préparé ce groupe de travail en envoyant un questionnaire à nos syndiqués.

En PJ, l’intervention du SNUipp89 en début de séance pour dénoncer la transformation des postes de Brigade Formation Continue en Brigade avant même le début d’un retour de cette formation continue.

PDF - 40.6 ko
intervention Conseil de Formation

Voici les propositions portées par le SNUipp89.

Formation initiale :

  • formation annualisée pour les PES avec une journée par semaine en stage filé en classe, le reste de la semaine en formation à l’ESPE et plusieurs stages de 2 à 3 semaines dans l’année.
    Cette configuration pourrait permettre le retour d’un vrai plan de formation continue dans le département et aussi une meilleure adaptation des collègues stagiaires à la réalité du terrain.
  • maintenir de l’observation en début d’année
  • davantage de rencontres (voire informelles) avec les PEMF pour qu’une réelle relation s’instaure entre PES et PEMF et que ce dernier ne soit pas perçu comme un évaluateur mais plutôt comme un formateur
  • les collègues stagiaires font part d’un manque de formation ou d’information sur les démarches administratives d’un enseignant dans sa classe : faire une demande de sortie, une autorisation d’absence (quelle procédure ?), qu’est-ce que la voie hiérarchique ?... Ils seraient preneurs d’un genre de mémento.
    connaissances des structures ASH : CLIS, EREA, IME (des départements organisent des visites de ces structures)

Quelle formation continue nous voulons ?

  • mettre en place des recherches-actions dans notre département avec des chercheurs, l’Université de Bourgogne, les profs d’IUFM, les PEMF, des Instituts de recherche comme l’Ifé et des enseignants volontaires sur le terrain. Les résultats de ces recherches devront bien sûr être suivis et rendus publics pour tous les enseignants du département pour pouvoir s’appuyer et les prendre en compte (ou pas) dans les pratiques de chacun.
  • le métier comme une coopération conflictuelle
    Prendre appui sur les recherches commencées, sur le chantier-travail que nous menons depuis plusieurs années dans l’Yonne, par exemple. Pour reprendre une phrase d’Yves Clot, professeur au CNAM : La formation continue doit devenir le lieu d’élaboration du métier et un moyen de réfléchir ensemble mais aussi avec les formateurs et les chercheurs sur les objets du travail. Et tant mieux s’il y a des conflits de critères entre ces différents corps.
  • formation PMQC
    • Soutenir et accompagner les nouveaux dispositifs et ceux existants.
    • Quand on donne une journée de réflexion et de formation aux équipes, remplacer TOUS les collègues en même temps, y compris les collègues qui font les décharges et font partie intégrante de l’équipe en place !
      Avoir un retour des stages par école, avec un questionnaire.
    • Partir de ce qui est fait dans ces écoles, auto-critique des enseignants, de l’équipe, mutualisation des idées des écoles sur un site dédié libre d’accès à tous pour partager à l’ensemble de la profession.
  • une formation pour les remplaçants
    Remplaçant est un métier particulier, un métier à part entière. Pourquoi pas profiter des 2 jours de pré-rentrée, où les remplaçants sont disponibles, pour les réunir (par circo, ou + largement) pour qu’ils se connaissent, échangent leurs impressions et leurs pratiques.
    Cela pourrait également être le cas lors d’animations pédagogiques dédiées aux remplaçants.
    Arriver dans une classe en étant prévenu 15 min avant ou 15 min après le début de la classe n’est sûrement pas quelque chose facile et cela demande une réelle réflexion sur la façon d’aborder les élèves et la classe ce jour là, reprendre les pas du titulaire ou faire une journée particulière en abordant les apprentissages différemment, ... Il faut bien sûr que les collègues soient accompagnés, par des formateurs connaissant le métier de remplaçant !! D’autant plus que souvent ces postes sont occupés par des collègues entrant dans le métier qui se retrouvent remplaçants sans le vouloir vraiment.
  • utiliser Magistère pour qu’il devienne un réseau libre et non obligatoire d’échanges de pratiques entre enseignants et sur lequel on puisse retrouver TOUTES les formations et recherches intéressantes mises en place sur la France entière et ailleurs.
    L’année dernière, seules les formations ciblées de la circonscription étaient disponibles mais elles ne correspondent pas forcément aux attentes et aux besoins des collègues. Il faut faire davantage confiance aux équipes et les laisser construire leur propre parcours en pouvant aller consulter les formations ou résultats de recherche qui les intéressent.
  • s’appuyer sur les besoins du terrain, faire des formations d’école ou de secteur. Les collègues sont aussi à même de reconnaître leurs difficultés ou de s’appuyer sur leurs connaissances ou insuffisances pour connaître quels sont leurs besoins réels de formation.
    Il faut absolument réconcilier la profession avec la formation continue et "la théorie" comme étant des éclairages indispensables nous permettant de "voir" ce qui se passe dans nos classes pour être plus efficient
    « On ne peut pas savoir ce qui est bon pour nous tant qu’on ne l’a pas éprouvé. »
    http://chaire-unesco-formation.ens-lyon.fr/+-Formation-des-formateurs-+
  • formation maîtres spécialisés (RASED principalement)
    Il faut faire le point de tous les réseaux incomplets et autoriser de nouveaux départs en formation E, G, psy pour compléter les RASED du département. Il faut aussi former les RASED à travailler davantage en lien avec les collègues, présenter des solutions pour les collègues en souffrance en classe, travailler avec eux dans la classe et non pas seulement en prenant un groupe d’élèves pour le sortir de la classe.
  • laisser la possibilité au collègue volontaire de découvrir un autre enseignement en permettant aux collègues d’aller voir ce qui se passe ailleurs, entrer dans la classe du collègue, découvrir une journée en ULIS, en IME, SEGPA, avec un PEMF ou un collègue qui met en place une pédagogie particulière.
    Le SNUipp-FSU pense qu’il y a une immense richesse dans les équipes et dans chacun d’entre-nous. L’échange de pratiques doit absolument être nourri d’apports théoriques ciblés. De plus cela permet une ouverture de sa classe, de sa pratique, de ses réflexions qui peut insuffler un véritable travail d’équipe, voir amoindrir la souffrance du métier.
  • travailler sur ce qui apporte des continuités dans les apprentissages et dans la façon dont on appréhende les élèves et le groupe-classe comme moteur pour entrer dans ces apprentissages
  • formation de formateurs pour qu’ils ne soient plus de simples communicants de compétences qu’ils n’ont pas toujours.

Quelle mise en place ?

  • Stages de 1 à 3 semaines en alternant période de stage (même + court) et retour en classe pour expérimentation puis retour en formation, …
  • proposer une formation large et non plus ultra ciblée comme c’est le cas aujourd’hui : seuls les collègues qui ont un dispositif PMQC, 2 ans, ou qui mettent en place un site internet, font école et cinéma, (…) ont droit à une formation…
  • travailler en lien avec les PEMF, l’ESPé et les instituts de recherche
  • formations transversales pour éviter des contenus uniquement disciplinaires et permettre aux enseignants des différents cycles de se rencontrer
  • formations filées sur plusieurs années avec une reconnaissance du parcours professionnel
  • assurer des formations d’école sur des thèmes liées aux difficultés mises en avant par l’équipe ou en lien avec leurs besoins et leurs projets
  • laisser la possibilité aux collègues de partir en formation s’ils le souhaitent. (ne pas laisser partir que les collègues qui ne sont pas devant élèves ou qui ne doivent pas être remplacés)
    Ex : organismes de formation : Ifé, USEP, journées Ageem

Quels thèmes ?

  • Relation parents-élèves
  • stage de formation pour les directeurs en place
  • stages de cycles
    ex : cycle 3 avec stages communs aux professeurs de CM1-CM2 et 6è avec un temps de travail commun et pas seulement d’échanges
  • formation premier secours à chaque école et réactualisé régulièrement
  • formation pour nous alerter d’un faisceau de signes pouvant interroger d’une possible maltraitance physique ou autre
  • comprendre la problématique de la précocité intellectuelle et ne plus faire l’amalgame avec les soit-disant hyperactifs en englobant aussi les troubles dys
  • développement de l’enfant pour tous les enseignants, quels aménagements doit-on faire par rapport aux besoins de l’enfant ? (espace, classe, rythmes, …)
  • que doit construire l’école maternelle ? (aller au-delà du faire), réfléchir aux formes de travail, aux gestes, aux postures qui permettent à l’enfant d’identifier les savoirs, l’objet de l’apprentissage dans les activités ordinaires (le jeu par exemple)
  • qu’entend-on par difficultés scolaires à l’école maternelle ?
    Ex : GFEN, Christine Passerieux
    causes supposées : comportement, manque de vocabulaire, d’intérêt,…
    les malentendus (attendus des enseignants par rapport aux représentations des élèves)
  • Comment la transition entre la maternelle et l’élémentaire peut-elle être cohérente ?

Ces 1ères propositions ont été transmises à l’Inspectrice d’Académie et nous ne manquerons pas de les porter à nouveau lors des prochaines instances sur la Formation.
N’hésitez-pas à nous transmettre vos idées, commentaires ou propositions à snu89@snuipp.fr

'