SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > 31 mars Grève Manifestation pour le retrait de la loi Travail (...)

31 mars Grève Manifestation pour le retrait de la loi Travail !

jeudi 24 mars 2016, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

AUXERRE 13:30 Maison des syndicats

SENS 10:30 Place de la République

JPEG - 11.5 ko
contre la loi Travail

Les mobilisations, notamment celles du 9, 17 et 24 mars initiées par les organisations de jeunesse et les organisations syndicales de salariés (FSU,CGT, FO, Union syndicale Solidaires, UNEF, UNL, FIDL), ont contraint le gouvernement à des concessions sur la loi Travail. Pour autant les aménagements annoncés par le Premier Ministre ne changent pas la philosophie générale du projet. Ce texte continue à diminuer les droits des salarié-e-s et à accroître la précarité, notamment des jeunes. Les organisations syndicales (CGT, FO, FSU, Union syndicale Solidaires, UNEF, UNL, FIDL) appellent à la mobilisation par la grève et les manifestations le 31 mars pour obtenir le retrait de ce projet de loi et conquérir de nouvelles garanties et protections collectives.
La FSU rappelle aussi son exigence de rattrapage salarial et ne se contente pas des 2 fois 0,6% accordés par le gouvernement.

Une pétition monstre et historique en ligne, un emballement sur les réseaux sociaux du hashtag #On veut mieux que ça, des manifestations de jeunes les 9, 17 et 24 mars qui réunissent chaque fois plus de jeunes.
Cette loi travail est porteuse de lourdes régressions : renversement de la hiérarchie des normes ouvrant la voie à un affaiblissement des salariés face à leur employeur, trop nombreuses dérogations à la durée légale du temps de travail tendant à achever ce qui reste des 35 heures…

Parce que Public Privé nous sommes tous concernés

Les salariés du privé sont percutés de plein fouet par ces enjeux et ces dangers. Penser que la fonction publique ne sera pas impactée est une illusion. Les dispositions contenues dans la loi travail en terme de primauté des accords d’entreprise, de référendums, de redéfinition de la majorité syndicale… auraient bien des traductions dans la fonction publique. Et, dans la réalité quotidienne du travail, les fonctionnaires, avec la gestion des ressources humaines, sont confrontés aux mêmes logiques managériales que celles du privé. Quant au code du travail en lui-même, on en retrouve de fortes résonances dans la fonction publique : temps de travail et référence aux 35 heures, formation avec le droit individuel à la formation, santé et sécurité au travail avec les CHSCT directement régis par un pan entier du code du travail… Tout recul dans le privé sur un de ces sujets aurait bien évidemment des répercussions pour les salariés du public.
Une dégradation du statut de salarié-e dans le privé donnerait encore plus au statut de fonctionnaire une posture “privilégiée”. A l’instar de ce qui s’est passé sur les retraites, cette réforme facilite de façon indirecte une attaque sur les statuts de la fonction publique.

Mais surtout, derrière cette journée d’action contre cette loi El Khomri, il y a la volonté de montrer que d’autres choix politiques et économiques sont possibles. La jeunesse qui manifeste dans les rues depuis le 9 mars exprime un ras-le-bol envers ces politiques de rejet, ces politiques pour le patronat. La jeunesse porte l’envie d’une autre société. Les jeunes prennent conscience de la valeur d’un code du travail, d’un cadre national. ….
Pour une justice sociale….

Alors ensemble ce 31 mars pour ne pas se retrouver seul, désarmé, demain !

En pièce jointe, une lettre à destination des parents d’élèves.

OpenDocument Text - 20.4 ko
lettre aux parents

Merci de remplir l’enquête dans votre école pour que l’on ait une meilleure connaissance du nombre de grévistes :
http://mobilisation.snuipp.fr/89/greve-du-31-mars

'