SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Permutations : audience au ministère

Permutations : audience au ministère

jeudi 1er octobre 2015, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Le mercredi 30 septembre, avec les SNU du Val d’Oise et de l’Oise, le SNUipp89 a été reçu au ministère par des représentants de la DGRH à propos des mutations inter-départementales .
Nos trois départements étant ceux qui au niveau national ont les moins bon taux de satisfaction à ces mutations ( <10% sur près de 200 demandes) intra-départementales.

Pendant 2 heures, nous avons évoqué la situation des collègues qui n’arrivent pas depuis plusieurs années à muter dans le département de leur choix, et également des conséquences de cette situation de « blocage » pour l’ensemble des personnels.

Pour ces collègues, sans perspective de mutation, à la fatigue physique et morale, s’ajoute aussi des difficultés financières liées aux coûts inhérents de logement et de transport, donc des conditions de vie et de travail particulièrement difficiles.

Mais ce manque de mobilité impacte également l’ensemble de la profession. En effet, un certain nombre de ces collègues utilisent logiquement leur droit à la mise en disponibilité, ce qui aggrave encore le déficit du département (environ une quarantaine).
Conséquences : les demandes sur autorisation ne sont plus accordées, que ce soit pour les disponibilités, pour les demandes de départs en formation, temps partiels ou en détachement.

De plus pour permettre de laisser sortir plus de personnes, notamment en Côte d’Or, le département le plus demandé, l’administration a opté pour une solution : mettre plus de stagiaires dans notre département. Si cette solution a permis un temps des départs supplémentaires, elle a aussi, avec plus de 90 stagiaires dans l’Yonne cette année, bloqué le mouvement intra-départemental car chaque stagiaire doit être affecté sur un demi-poste.

Bien entendu la DGRH du ministère, consciente du problème…, n’a cependant pas de solutions à cette situation...

Il faut donc plus que jamais rester mobilisé, le SNUipp continuera à mobiliser et à interpeller à tous les niveaux pour que cette situation qui nous concerne tous s’améliore enfin.

'