SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Permutations : le SNUipp reçu au Ministère

Permutations : le SNUipp reçu au Ministère

jeudi 24 septembre 2015, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Pour continuer sur les permutations et tout ce que cela implique dans notre département, le SNUipp 89 a obtenu une audience au Ministère et auprès de l’Inspectrice d’Académie.

Le SNUipp 89 a obtenu une audience au Ministère pour expliquer la situation suite au très faible taux de permutations inter-départementales dans notre département.
Ce rendez-vous aura lieu

mercredi 30 septembre

Nous rencontrerons ensuite l’Inspectrice d’Académie
mardi 6 octobre où nous ne manquerons pas de parler de ce sujet et de bien d’autres (contractuels, évaluations CE2, direction d’école, conférences pédagogiques, ...)

Nous vous tiendrons informés à la suite de ces audiences.

Pour rappel, petite explication sur la situation de l’Yonne :

Nous arrivons, en 2015, à une situation de quasi-blocage. L’Yonne est, cette année, un des trois départements de France les plus difficiles à quitter. Un très grand nombre de nos collègues désire depuis plusieurs années, jusqu’à dix ans parfois, rejoindre le département où résident conjoint et enfants.

Nous contestons la phase informatique qui ne respecte pas les priorités fixées par votre ministère en matière de mutation (rapprochement de conjoint ou handicap). Quant à la phase des ineat-exeat, elle ne permet pas de compenser ces mauvais résultats.

Cette situation a comme conséquence directe, dans notre département, une augmentation constante des demandes de disponibilité et de temps partiels qui amène à fonctionner avec un déficit de personnels. L’Inspection Académique reconnaît que 24 postes ne sont pas occupés cette année. Alors que vous affirmez vouloir réduire les inégalités, ce sont souvent les postes d’enseignants-ressource aux plus défavorisés, tels ceux des RASED, qui sont laissés vacants. Ceci vient aggraver la situation dénoncée dans un rapport de l’IGEN et de l’IGAEN en 2004. Ce dernier qui demandait qu’un effort particulier de rattrapage soit fait pour l’Yonne n’a jamais été suivi d’effet.

D’autres conséquences dommageables pour l’ensemble des personnels et pour la qualité de l’enseignement dans notre département résultent de la particularité de l’Yonne :
- absence quasi-totale de formation continue
- pratiquement pas de départ en congé-formation
- refus des temps partiels et des disponibilités sur autorisation
- réduction drastique des départs en formation spécialisée. Les départs en retraite ne sont pas compensés et le nombre d’enseignants non formés est en forte augmentation.
- impossibilité d’obtenir un détachement, même pour le second degré

Pour permettre au département de fonctionner et à quelques collègues d’obtenir une mutation, un grand nombre de stagiaires est affecté chaque année dans notre département (88 en 2015/2016), créant ainsi d’autres situations problématiques. Ceci augmente ainsi le nombre de professeurs qui chercheront à quitter le département, aggravant ainsi le problème. Autres conséquences :
- le blocage de postes au mouvement pour réserver des mi-temps aux stagiaires
- la rupture d’associations de collègues à mi-temps partageant un poste pour placer un stagiaire
- l’augmentation du nombre de professeurs des écoles nommés sur trois ou quatre écoles différentes et souvent sur l’ensemble des niveaux d’enseignement
- l’utilisation des stagiaires comme moyens d’enseignement
- le manque de PEMF pour suivre l’ensemble des stagiaires

voir aussi :
http://89.snuipp.fr/spip.php?article1333

'