SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Rassemblement et audience auprès de la DASEN

Rassemblement et audience auprès de la DASEN

jeudi 25 juin 2015, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Suite au rassemblement dans la cour de l’IA ce mercredi 25 juin,
le SNUipp a été reçu par l’Inspectrice d’Académie et la Secrétaire Générale.

Si les échanges ont été tendus avec la Secrétaire Générale, nous avons eu une écoute attentive de la part de l’Inspectrice d’Académie.
Nous avons ainsi pu lui faire part des doléances que vous nous aviez fait remonter (du refus d’autorisation d’absence aux refus de temps partiel…) voir article http://89.snuipp.fr/spip.php?article1362.

Pour autant, sur nombre de dossiers, la DASEN a reporté ses réponses à la CAPD du mardi 30 juin.

Elle nous a cependant confirmé l’impossibilité de pouvoir donner la journée de décharge des directeurs moins de 4 classes faute de remplaçants. Cette réponse n’est pas acceptable et le SNUipp propose dès à présent que les directeurs prennent cette journée qui leur est dûe, le SNUipp interviendra et soutiendra les collègues si besoin.

Le manque de lisibilité de la seconde phase du mouvement et des quelques erreurs seraient dus au peu de temps dont bénéficiaient les services pour effectuer ce travail. Le SNUipp a rappelé qu’un groupe de travail préalable serait nécessaire comme cela existait il y a quelques années. Ce qu’a confirmé la Secrétaire Générale, en fin d’entretien, quand elle a proposé à la DASEN de revenir à une liste de postes à fournir aux collègues et à la mise en place d’un groupe de travail avec les représentants du personnel.

Dans l’ensemble, l’Inspectrice d’Académie se dit surprise de l’écart entre ses intentions et le sentiment des enseignants d’un manque de reconnaissance du travail effectué au quotidien.

Nous n’avons pas manqué de lui rappeler que les dates imposées des 2 mercredis après midi, pour la journée de solidarité, participaient au sentiment de manque de confiance et qu’il serait préférable de laisser les équipes choisir ces dates.

La DASEN nous a dit vouloir en parler en conseil IEN : si elle revenait sur sa première décision ce serait alors un premier signe fort de la confiance qu’elle dit accorder aux enseignants de ce département !

Le SNUipp continuera à porter vos revendications et restera vigilant, pour une école bienveillante pour les élèves et les personnels.

'