SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Projet de carte de l’Education Prioritaire : inacceptable

Projet de carte de l’Education Prioritaire : inacceptable

mardi 14 octobre 2014, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Lundi 13 octobre, s’est tenu un groupe de travail au rectorat sur la nouvelle carte de l’Education prioritaire. La FSU et le SNUipp étaient représentés en nombre, vu l’importance du sujet.

Le rectorat nous a présenté ses propositions.

Pour l’Yonne, le rectorat propose l’entrée en éducation prioritaire du collège Marie Noël à Joigny avec ses écoles de secteur.

Sont retirés de l’éducation prioritaire le collège Cousteau de Brienon et le collège Paul Bert d’Auxerre, ainsi que toutes leurs écoles de secteur.

Tous les collègues de ces 2 réseaux gardent leur indemnité pendant 3 ans.

Ils restent donc 7 réseaux EP dans l’Yonne.

Quid de l’éducation prioritaire en zone rurale ? Si un indice de ruralité peut exister à la marge, il n’a permis aucune entrée de collège et d’écoles en EP, comme à Ancy-le-Franc par exemple.

Mais surtout pour le SNUipp-FSU, les grandes oubliées de cette nouvelle carte, ce sont les écoles.

Si un collège a réussi sa mixité sociale en accueillant des publics scolaires variés par le jeu de nouvelles sectorisations, et qu’il quitte l’éducation prioritaire, il n’en reste pas moins que certaines écoles du même secteur ont des publics difficiles et socialement démunis comme dans les écoles Rive Droite à Auxerre ou l’école André Gibault à Brienon.

Nous avons demandé que les écoles puissent rester en EP sans que le collège y soit : refus total du rectorat.

Par contre, les moyens affectés au titre de la refondation comme le « Plus de maîtres que de classes » ou le développement de la scolarisation des moins de trois ans dans ces écoles élémentaires et maternelle de ces 2 secteurs de collèges seront maintenus.

Pour la FSU, ce travail mené par le rectorat exclusivement tourné vers les collèges ne correspond en rien à la priorité au primaire et ne répond ni aux attentes des écoles sur le terrain ni à la prise en compte de leurs spécificités.

Le SNUipp, avec les écoles et les collègues concernés, étudie la réponse qu’il convient d’apporter à cette carte et tous les moyens d’agir pour effacer ses aberrations.


Tous les collèges de l’académie ont été rangés par IAD, (Indice Académique de Difficulté), combinant plusieurs indicateurs :
- taux d’élèves issus des CSP défavorisés
- taux d’élèves boursiers
- taux d’élèves habitant en ZUS
- taux d’élèves ayant 1 an de retard à l’entrée en 6ème.

Ces indicateurs ont été croisés avec les villes qui pratiquent la Politique de la Ville.

La FSU a contesté l’indicateur du retard à l’entrée en 6ème, qui dépend pour beaucoup des politiques des DASEN et des IEN.

La carte actuelle comprend 29 réseaux.

En 2015, il n’y en aura plus que 23 réseaux sur l’académie : 1 REP+ à Chenôve au collège le Chapître et 22 réseaux « ordinaires ».

'