SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Pas d’impasse sur une vraie formation continue !

Pas d’impasse sur une vraie formation continue !

jeudi 5 septembre 2013, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Sur les 18 heures d’animation pédagogique, au moins la moitié pourra être consacrée à la formation à distance. Une plateforme ministérielle « M@gister » a été créée pour l’occasion mais ne sera pas opérationnelle avant janvier 2014. Des parcours de formation à distance pourquoi pas, mais ils doivent être de qualité, répondre aux besoins du terrain et faire l’objet d’accompagnement en présentiel à certaines étapes.
Surtout, ils ne peuvent pas remplacer les sessions de stages de formation continue. Ceux-ci sont indispensables si l’on veut que l’école change. Cela nécessite le retour de plans départementaux de formation ambitieux et des moyens pour assurer les remplacements et les frais de déplacement. Être enseignant est un métier qui s’apprend tout au long de sa carrière et cela passe donc par une formation continue de qualité.

Dernière minute :

Le ministère vient de publier une circulaire présentant la formation à distance.

Les principes :
A partir d’octobre 2013, mise en place d’un dispositif numérique « M@gistère ».
Il sera mis en œuvre dans les circonscriptions sur des durées de 3, 6 ou 9 heures. Cette plate-forme nationale peut être complétée par des parcours de formation issus de travaux départementaux ou académiques. Ces parcours associent à des périodes de regroupement en présentiel des séquences de formation à distance traitant d’un sujet d’enseignement lié au programme, d’un dispositif ou d’une question pédagogique propre à l’école primaire. Le conseil départemental de formation sera consulté sur ces formations.
L’organisation de la formation en ligne.
L’IEN détermine ses priorités en fonction des priorités académiques et des besoins identifiés par lui ou par les personnels. Cela s’inscrit dans les 18h de formation des PE. La durée de la formation est fixée forfaitairement et correspond à la durée annoncée du parcours (3, 6 ou 9h).
Les enseignants peuvent y accéder du lieu de leur choix (école, domicile, etc...).
Une inscription nominative atteste de la participation au module. Des outils d’auto-positionnement pour que l’enseignant se situe par rapport aux objectifs de la formation sont prévus, tout comme un questionnaire déclaratif pour améliorer le module. Il est aussi possible de renseigner « un carnet de bord », outil personnel.
Le déploiement de la formation en ligne
Le dispositif est piloté par l’IEN chargé du plan de formation, l’IEN chargé des TICE, et un conseiller pédagogique. Les équipes seront accompagnées par le CDDP et la DGESCO.
Les premières sessions débuteront en décembre 2013.
La formation des formateurs.
Formation par académie à partir d’octobre 2013, fondée sur un parcours national hybride (« se former à distance ») et axée sur les particularités pédagogiques et techniques liées à l’e-formation.
Ce que le SNUipp a fait évoluer
Lors d’une rencontre en Juillet, le SNUipp-FSU était intervenu sur plusieurs points. Le SNUipp-FSU a tout d’abord pointé deux principes forts qu’il souhaite voir dans la circulaire :
- complémentarité entre une formation à distance et une formation en présentiel, seule possibilité pour que cette formation soit efficace ;
- vigilance par rapport à une volonté de contrôle tatillon des collègues quant à ces modules de formation : le but est que ce soit un plus pour les collègues et non une nouvelle injonction soumise à contrôle par l’IEN.
Dans les principes, le SNUipp-FSU a fait la demande que les collègues puissent être totalement acteurs de leur formation, ce qui passe par une prise en compte des demandes émanant du terrain sur le contenu des modules proposés. Pour cela, le SNUipp-FSU a demandé que le conseil de formation puisse être l’instance où ces demandes pourraient remonter.
Ces demandes ont été entendues.
Sur l’organisation de la formation en ligne, le SNUipp-FSU a demandé des éclaircissements et des modifications quant aux documents à remplir par les collègues. L’avant-projet comprenait 3 documents :
- une inscription nominative suivie d’un outil d’auto-évaluation ;
- un questionnaire déclaratif à l’issu du parcours ;
- un « carnet de bord » qui pourrait être intégré à I Prof et présenté lors des entretiens professionnels si le collègue le souhaite.
Nous avons demandé que la mise en place du carnet de bord soit différée. Alors qu’une réflexion doit s’ouvrir sur les modalités d’inspection, mettre en place un nouvel outil dès à présent semble prématuré.
Au final, les collègues auront à remplir un outil d’auto-positionnement et un questionnaire déclaratif qui n’aura pour but que de recueillir leur avis pour améliorer la qualité. L’utilisation du carnet de bord n’est plus précisée et l’inspection n’est plus mentionnée. Si nous pouvons constater des évolutions, nous continuons de souligner la lourdeur que pourraient représenter ces documents ainsi que l’utilisation qui pourrait en être faite.
Sur le déploiement de la formation en ligne, le SNUipp-FSU a fait préciser les personnels concernés pour aider à sa mise en place. Ce sont principalement les conseillers pédagogiques, maîtres formateurs et responsables MATICE (quand il y en a). Le SNUipp-FSU a insisté sur l’importance d’accompagner les collègues dans ces nouvelles pratiques.
Enfin, sur la formation des formateurs, le SNUipp-FSU a rappelé la nécessité d’une formation de qualité pour les nouvelles tâches que vont avoir à accomplir ces formateurs.
De manière générale, le SNUipp-FSU a rappelé l’importance de la formation continue pour que les collègues puissent être réellement concepteurs de leurs enseignements. Cela passe principalement par des sessions de stages de formation continue en présentiel, où les échanges de pratiques et de réflexions théoriques participent pleinement à une amélioration des compétences, à une constante adaptation aux évolutions du métier, et à une articulation entre formation professionnelle initiale et continue.
Les plans académiques de formation élaborés localement doivent se placer dans cette perspective où les formations à distance ne peuvent être qu’un support de plus mais ne constituent pas les avancées que l’on attend dans ce domaine. Pour le SNUipp-FSU, elles devraient se concevoir sur la base du volontariat des collègues.
La formation à distance ne doit pas conduire à une réduction du nombre déjà largement insuffisant de stages de formation continue.

'