SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Fin de la gratuité des transports scolaires dans l’Yonne

Fin de la gratuité des transports scolaires dans l’Yonne

jeudi 7 février 2013, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Fin de la gratuité des transports scolaires dans l’Yonne :

Un retour en arrière profondément injuste

Le Conseil Général de l’Yonne a voté, à une courte majorité*, ce jeudi 7 février 2013 la fin de la gratuité des transports scolaires, qui datait de 1971, pour tous les élèves du département, en décidant d’un coût allant de 90 à 120 euros par enfant selon le cycle de la scolarité.

Ce sera donc le premier département de l’académie de Bourgogne qui mettra fin à la gratuité.

La FSU de l’Yonne désapprouve ce choix, tout comme elle l’avait déjà fait savoir en votant contre le 30 janvier lors d’un CDEN spécial convoqué pour consultation par le Conseil Général sur cette question d’une tarification des transports scolaires.

Pour la FSU, les transports scolaires font partie d’une mission de service public permettant l’accès à l’éducation qui, elle aussi, est gratuite.

Cette tarification va faire porter les coûts du transport avant tout sur les couches de la population les plus en difficulté, qui sont celles qui ont le plus besoin de déplacement pour rejoindre leur établissement, et qui sont aussi les premières victimes de la crise.

La FSU exprime sa volonté de ne pas pénaliser les élèves obligés de prendre le car, qui subiront ainsi une double peine : non seulement ils mettent plus de temps pour aller à l’école, mais en plus leurs parents sont obligés de payer le transport.

D’autre part, la FSU dénonce l’absence de coordination entre la collectivité et l’Education nationale puisque la politique départementale ne tient pas compte de cette nouvelle donne : les élèves des écoles qui ferment, des RPI, des regroupements d’écoles paieront donc cette politique.

* votes : 22 pour, 17 contre et 1 abstention

'