SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Grève le 12 : tous à 14h30 dans la cour de l’Inspection !

Grève le 12 : tous à 14h30 dans la cour de l’Inspection !

jeudi 31 janvier 2013, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Après le rassemblement du 23 janvier, le SNUipp appelle à la grève nationale, aux manifestations, aux rassemblements le mardi 12 février
pour une réforme ambitieuse de l’école et des rythmes scolaires prenant en compte la parole des collègues, l’avis de l’ensemble de la communauté éducative, l’intérêt et la réussite des élèves.

Les rythmes :

Le SNUipp-FSU est fermement opposé à la semaine de 4 jours instituée par le décret Darcos de 2008 avec ses journées alourdies par l’aide personnalisée. Il n’est pas pour autant favorable au projet de décret actuel sur l’aménagement des temps scolaires. Celui-ci est inacceptable : il allège de manière insuffisante la journée scolaire et il n’offre aucune garantie d’un périscolaire gratuit et de qualité pour tous, écarte les conseils d’école du processus de modification des rythmes. En l’état il n’offre aucune garantie d’amélioration des conditions d’apprentissage des élèves et la réussite de tous. Dans le même temps il ouvre la voie à des dégradations certaines des conditions d’exercice du métier d’enseignant et n’apporte pas de réponse sur une nécessaire revalorisation salariale des PE notamment pour compenser les coûts engendrés par le passage à 4,5 jours.

La colère qui s’exprime est réelle :

- les conditions de travail actuelles : rythmes bien sûr, mais aussi effectifs, carte scolaire, rémunération, pressions hiérarchiques...
- le sentiment de ne pas être écoutés, de ne pas être consultés...
- le sentiment d’appartenir à une profession insuffisamment reconnue.
Ces éléments correspondent à ce que porte le SNUipp-FSU, notamment dans les discussions qui ont eu lieu sur la refondation de l’école.

La transformation de l’école ne peut pas se faire sans les enseignants

Modalités de la journée à suivre sur notre site et dans nos prochaines publications.

Messages

  • Pourquoi proposer une grève maintenant alors que le décret est publié ? C est un peu tard, vous ne trouvez pas ? Il aurait fallu prendre position plus fermement plus tôt ’

  • C’est vrai que cette grève arrive un peu tard quand on sait que les "projets" vont commencer à être ficelés entre mars et avril par les mairies et la DASEN... C’est vrai que j’ai un peu de mal avec des mots comme "ouvre la voie à des dégradations certaines des conditions d’exercice du métier..." Mais de quoi parle-t-on ? Des collègues qui viennent de loin et qui devront venir le mercredi ? Ou bien de journées, de semaines plus équilibrées qui permettront, peut-être,d’améliorer la réussite de nos élèves ? Et puis n’avons nous pas assez braillé contre la semaine de 4 jours qui a compressé notre temps, mis la pression sur nos élèves et nous ?
    C’est vrai on ne nous demande pas trop notre avis, ni celui des parents d’ailleurs. Quand nous les avons réunis dans notre école,pour aborder le sujet on les a sentis plutôt favorables à l’idée, mais très inquiets sur ce qu’allaient devenir leurs enfants après la classe et combien ça allait leur couter ... Et on peut bien réformer ce que l’on veut à l’école,terminer à 15h, 16h ou 13h, les gamins seront toujours à la garderie parce qu’on n’aura pas pris le temps aussi de repenser le temps de travail des parents, et de donner aux collectivités locales la véritable capacité de proposer un accueil avec une vraie qualité éducative...
    Et puis si c’est le métier qui nous préoccupe tant, au lieu de parler de rémunération, on pourrait parler des programmes...
    Alors faire grève, il faudrait, mais c’est pas une transformation de l’école qu’il faut, c’est une transformation de la société... et on est pas rendus...

  • Rallonger le nombre de jours de classe en France pour se rapprocher de la moyenne de l’OCDE des jours travaillés, soit.
    Mais qu’en est-il des 864 heures de cours dispensés par an en primaire en France contre une moyenne de l’OCDE de 769 heures( source rue des écoles) !Cela représente presque 3 heures hebdomadaires de plus que la moyenne de l’OCDE !
    Dans cette réforme des rythmes, le temps d’enseignement restera le même et on ne nous parle pas de s’aligner sur la moyenne OCDE...
    Je ne parle même pas du salaire de l’instit qui démarre à 2500 euros net mensuel en Allemagne contre 1660 euros pour le prof des écoles en France (Canard enchaîné du 30 janvier 2013)...

'