SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > En grève le 31 janvier !

En grève le 31 janvier !

vendredi 25 janvier 2013, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

GREVE DE LA FONCTION PUBLIQUE

FSU, CGT et Solidaires appellent les agents de la fonction publique à se mettre en grève le 31 janvier notamment pour l’emploi et le pouvoir d’achat. Les enseignants du primaire victimes d’un déclassement salarial sont appelés à participer massivement aux initiatives locales.

« La Fonction publique et les services publics sont indispensables pour tous les citoyens Or, la situation s’est dégradée ces dernières années pour les personnels comme pour les usagers. Et la crise ne peut pas servir de prétexte pour ne pas répondre aux légitimes revendications des agents publics » estiment les organisations. Cette journée faite d’initiatives locales est organisée autour de quatre thématiques.

Les syndicats exigent « un moratoire immédiat sur les suppressions d’emplois et des créations partout où cela est nécessaire ». Ils manifestent aussi pour les salaires et le pouvoir d’achat des fonctionnaires qui s’est dégradé ces dernières années et demandent « une augmentation urgente de la valeur du point d’indice » gelé depuis trois ans. Ils réclament aussi « l’abrogation du jour de carence » lors des arrêts de travail pour maladie, instauré par le précédent gouvernement. Enfin, ils revendiquent une « amélioration du fonctionnement de la Fonction publique et des services publics ».

Les enseignants du primaire très concernés

Cette plateforme revendicative résonne tout particulièrement aux oreilles des enseignants du premier degré. Ils sont victimes d’un déclassement salarial en France avec un écart moyen par rapport aux autres enseignants en Europe d’environ 320 euros. Il sont payés 600 euros de moins en milieu de carrière que leurs collègues du secondaire. Ils ont un faible taux d’accès à la hors classe, mais aussi un faible taux d’indemnités (5,3 % contre 21,8 % pour l’ensemble de la fonction publique), et un faible recours aux heures supplémentaires. A l’heure où la perspective de venir travailler 36 jours de plus chaque année laisse prévoir des coûts supplémentaires (garde de jeunes enfants, transports), le ministre charge la barque et vide les poches des enseignants du primaire.

Mieux rémunérer les professeurs des écoles : c’est maintenant !

Pour le SNUipp, « il est hors de question que les enseignants paient cette réforme de leur poche alors que leur pouvoir d’achat a été injustement raboté ces dernières années et que les PE sont victimes d’un intolérable déclassement salarial et subissent de plein fouet le gel du point d’indice ». Le syndicat, qui propose une carte pétition à envoyer au ministre de l’Education nationale, « Mieux rémunérer les professeurs des écoles : c’est maintenant !" demande au ministre de « mettre sur la table une proposition de revalorisation des rémunérations des professeurs des écoles qui à BAC + 5 restent injustement tout en bas de l’échelle des salaires enseignants ».


A Auxerre

Rassemblement à 16h30 devant la Préfecture

Rencontre avec le Préfet à 17h15


Appel FSU 89, CGT 89, SOLIDAIRES 89

Journée de grève dans la Fonction publique le 31 janvier 2013 : le changement, c’est l’action !

La Fonction publique et les services publics sont indispensables pour tous les citoyens. Or, la situation s’est dégradée ces dernières années pour les personnels comme pour les usagers. Il est urgent et indispensable maintenant de changer de cap ! Et la crise ne peut pas servir de prétexte pour ne pas répondre aux légitimes revendications des agents publics.
Alors que des discussions sont en cours dans le cadre d’un agenda social de la Fonction publique, le gouvernement doit permettre à la Fonction Publique et aux services publics de jouer tout leur rôle.

Leur action est un puissant moyen pour lutter contre les inégalités et les injustices sociales. Le rôle de l’État est aujourd’hui de donner les capacités d’agir pour améliorer la qualité des services rendus à tous les usagers sur l’ensemble du territoire et dans le même temps d’améliorer les conditions de travail et de rémunération des agents.

Les organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires appellent les agents de la Fonction publique à une journée de grève le 31 janvier prochain et à participer aux initiatives locales de mobilisation (rassemblements, manifestations...). Elles considèrent que les enjeux nécessitent une intervention la plus large possible des personnels. C’est pourquoi, elles poursuivent les contacts avec toutes les organisations syndicales de la Fonction publique pour une mobilisation massive le 31 janvier et pour construire ensemble les suites nécessaires.

Le 31 janvier, elles porteront des revendications pour :
- l’emploi en exigeant un moratoire immédiat sur les suppressions d’emplois et des créations partout où cela est nécessaire,
- les salaires et le pouvoir d’achat en exigeant notamment une augmentation urgente de la valeur du point d’indice,
- l’abrogation du jour de carence,
- l’amélioration du fonctionnement de la Fonction publique et des services publics.

Autant d’exigences que nous défendrons ensemble le 31 janvier pour peser sur les négociations à venir et en particulier sur la réunion du 7 février prévue avec la Ministre concernant les rémunérations.


Proposition de modèle de lettre aux parents

Lettre aux parents

Madame, Monsieur

Votre enfant n’aura pas classe le 31 janvier. Les enseignants seront en grève pour l’amélioration du fonctionnement de l’école publique et, avec l’ensemble des agents de la fonction publique, pour les créations d’emplois nécessaires à un meilleur fonctionnement des services publics l’abrogation du jour de carence et leur pouvoir d’achat.
Les services publics sont indispensables pour tous les citoyens. Or, la situation s’est dégradée ces dernières années pour les usagers comme pour les personnels. Il est urgent et indispensable maintenant de changer de cap.
Il s’agit bien pour nous d’être entendus pour que l’amélioration de nos conditions de travail contribue à mieux faire réussir les élèves : baisse des effectifs dans les classes, temps pour travailler en équipe, réhabilitation des Rased pour l’aide aux élèves en difficulté, création de postes de remplaçants, formation continue, fin des injonctions et relation de confiance avec l’institution …

Il s’agit également pour nous d’être entendus en tant que salariés dont le pouvoir d’achat est en baisse depuis trop d’années.

Le président de la République a fait de l’Ecole Primaire une de ses priorités. Les enseignants attendent des mesures concrètes qui ouvriront la voie à de nouveaux fonctionnements dans l’intérêt des élèves et à une transformation des conditions d’exercice du métier. Le changement de cap annoncé doit se concrétiser aussi par l’amélioration des services publics (santé, sécurité, petite enfance, personnes âgées, l’accès pour tous aux loisirs et à la culture...).

Nous comptons sur votre compréhension et sur votre soutien.

Les enseignants de l’école

'