SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Rythmes : encore des zones d’ombre à lever

Rythmes : encore des zones d’ombre à lever

jeudi 6 décembre 2012, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Enfin réunis au ministère le 5 décembre sur le dossier des rythmes scolaires, les syndicats ont obtenu de premières clarifications mais des questions lourdes restent à négocier.

Après les annonces de F. Hollande d’étaler le passage à 4,5 jours sur 2 ans, des précisions étaient nécessaires. Très vite, le SNUipp les avait d’ailleurs demandées au ministre. Une réunion a eu lieu le 5 décembre au ministère sur ce sujet.
Sur les procédures de passage à 9 demi-journées, les DASEN en fixeront les organisations sur propositions des conseils d’école ou des communes, celles-ci devant se déterminer avant le 1er février pour un changement à cette rentrée ou pour 2014.
Le temps de l’élève est toujours de 24 heures par semaine, avec un maximum de 5h30 par journée et de 3h30 par demi-journée.
L’aide personnalisée est remplacée par un temps d’activités pédagogiques complémentaires (APC), inscrit au service des enseignants et organisé en groupes restreints.

Zone d’ombre : son volume horaire n’est pas encore défini. Son contenu, très ouvert (aide au travail personnel, aux élèves en difficulté, activités liées au projet d’école…), sera laissé à l’initiative des équipes. Liberté et confiance professionnelles sont indispensables. Les contrôles tatillons et les caporalismes sont à bannir. Des questions lourdes restent néanmoins à négocier. Quel sera le nombre d’élèves dans ces groupes, dont une partie sera gérée par les enseignants et l’autre par les communes ? Un cadrage national sera nécessaire pour éviter des rapports de force locaux avec les collectivités. Quel sera le volume horaire de l’APC ? Là aussi, un cadrage national s’avère indispensable. C’est tout l’enjeu de la redéfinition des 108 heures. Les 60 heures annuelles doivent absolument bouger pour que soit reconnu le temps consacré au travail en équipe et aux rencontres avec les parents, les partenaires...

Sur tous ces sujets, le SNUipp a demandé que les discussions se poursuivent, l’organisation du temps élève et du temps enseignants allant de pair. Les enseignants doivent être éclairés sur leur temps de service et sur la question des rénumérations qui vont avec. La réforme ne pourra s’apprécier qu’au vu de tous ces éléments. Une nouvelle rencontre au ministère est prévue en décembre.

'