SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Nouvelle loi d’orientation

Nouvelle loi d’orientation

jeudi 6 décembre 2012, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

La nouvelle loi affiche la priorité au primaire. Reste à la traduire concrètement dans la vie quotidienne des écoles. Avec un premier rendez-vous : la répartition des postes pour la rentrée 2013.

"Rebâtir une école à la fois juste pour tous et exigeante pour chacun." Rendu publique ce 6 décembre dernier, le projet de la nouvelle Loi sur l’école qui sera présenté fin janvier au conseil des ministre donne le « la ». La musique est malheureusement connue depuis trop longtemps. Si notre école connait de belles réussites, elle butte contre ce noyau dur de l’échec scolaire et ce malgré l’engagement des enseignants. Deux objectifs sont affichés : diviser par deux le nombre de sorties sans diplôme et réduire à moins de 10 % l’écart de maîtrise des compétences en fin de CM2 entre les élèves de l’éducation prioritaire et les autres.

De fait, la priorité au primaire est clairement affirmée afin de parvenir enfin à tordre le cou aux déterminismes sociaux des parcours scolaires : maternelle, scolarisation des moins de trois ans, plus de maitres que de classes, formation, programmes à réviser...

Ecoles supérieures professionnelles de l’ éducation (ESPE)
Dans le projet de loi, figurent aussi la création des Ecoles supérieures professionnelles de l’ éducation (ESPE), la création d’un service public de l’enseignement numérique et de l’enseignement à distance, un Conseil national d’évaluation du système éducatif et un Conseil supérieur des programmes. Ces conseils seront indépendants. Sur bien des points, l’essentiel du changement sera inclu dans des textes non législatifs (décrets, circulaires) comme pour la réforme des rythmes scolaires . Mais, si le cap est fixé, le changement est concrètement attendu sur le terrain. Une loi ne fait pas tout. Le SNUipp demande une véritable impulsion qui améliore la qualité des temps professionnels. Confiance, liberté, reconnaissance, sont des principes à faire vivre concrètement dans les écoles. Il faudra aussi une traduction budgétaire. La loi présente une programmation des 60 000 emplois affichés pour le quinquennat ( voir ci-dessous).
Le monde éducatif sera très prochainement fixé. La répartition académique des postes budgétés pour la prochaine rentrée sera présentée fin décembre. Viendront ensuite en janvier les dotations départementales lançant ainsi les opérations de carte scolaire. Un premier élément qui permettra de juger des engagements.

Les 60 000 postes programmés
Selon la Loi, la formation (27 000 postes) et le primaire (14 000 postes) devraient bénéficier sur la mandature des deux tiers des 60 000 emplois créés.
Pour le primaire, 3 000 iront à l’accueil des enfants de moins de 3 ans notamment sur les zones d’éducation prioritaires et les zones rurales. Le "plus de maîtres que de classes" devrait être doté de 7 000 postes. Enfin, 4 000 iront dans les écoles maternelles et élémentaires.

PDF - 590.1 ko
le projet de loi
'