SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Pas que les rythmes !

Pas que les rythmes !

jeudi 22 novembre 2012, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

Le SNUipp-FSU rappelle que la réussite des élèves ne se joue pas uniquement en modifiant les rythmes scolaires. Voici notamment d’autres dossiers sur lesquels le SNUipp intervient dans le cadre de "la refondation de l’école".

Agir pour peser
La transformation de l’école primaire ne peut pas être un rendez-vous manqué. Afin de porter la parole des enseignants et de peser dans les discussions en cours, le SNUipp-FSU a lancé une grande consultation en faisant circuler un questionnaire dans les écoles.
Il en ressort notamment que la quasi totalité des enseignants considèrent que leurs conditions de travail se sont dégradées ces dernières années. A ce titre, il faut aussi que cessent les contrôles tatillons, voire le caporalisme qui subsiste. Le SNUipp-FSU s’adressera au ministre en ce sens. Il est l’heure de redonner confiance aux enseignants et de leur permettre de faire du travail de qualité en leur laissant de réelles marges de liberté pour organiser leur travail avec les moyens nécessaires. Il faut également reconnaître leur engagement professionnel au service de la réussite des élèves en revalorisant leur salaire.

Rased : les oubliés de la réforme ?
Les RASED, déjà absents du rapport sur « la refondation de l’école », n’ont pas encore fait l’objet de négociations dans le cadre de l’élaboration de la loi d’orientation. Pour le SNUipp-FSU, on ne saurait confondre le « plus de maîtres que de classes » avec l’action des membres de réseau d’aides spécialisées. Avec le collectif RASED, il exige que la question de l’évolution du dispositif, pour mieux répondre aux besoins des élèves, fasse l’objet d’une concertation étroite avec l’ensemble des acteurs concernés. Les personnels doivent être confortés quant à leur avenir, la spécificité de leurs missions et la qualité de leur formation. Une audience a déjà été demandée au ministère et un courrier unitaire aux parlementaires vient d’être finalisé avec le Collectif.

Maternelle 
L’intégration prévue dans la loi d’orientation de la grande section au cycle 1 marque la reconnaissance de la spécificité de la maternelle dont les missions doivent être réaffirmées et redéfinies. Une formation spécifique doit être intégrée dans les master, et la scolarisation des moins de trois ans amplifiée pour les secteurs difficiles et rendue possible partout où les familles le demandent. A Mayotte comme en Guyane, c’est l’ensemble des enfants en âge d’école maternelle qu’il faut pouvoir scolariser. Il ne s’agit pas seulement de remonter les statistiques mais d’assurer des conditions de scolarisation adaptées à cette tranche d’âge. Le SNUipp-FSU sera vigilant à ce que les conditions matérielles et les effectifs permettent un accueil de qualité pour les jeunes enfants.

ESPE 
Dans la loi, les enseignants seront formés dès la rentrée 2013 dans les ESPE (écoles supérieures de professorat et d’éducation) qui assureront les missions liées à la formation initiale et continue pour tous les enseignants.
Pour le SNUipp-FSU, après la réforme calamiteuse de la « mastérisation », la remise en place d’une véritable formation était nécessaire. Il retrouve des propositions qu’il a portées pendant la concertation, notamment sur le modèle de formation intégrée, l’importance des formateurs de terrain. Le SNUipp-FSU a demandé des garanties sur le cahier des charges, la nécessité d’un cadrage national, les contenus des concours, la place des maîtres formateurs, un budget fléché, le maintien des centres départementaux, le caractère intégré de la formation, les formations communes 1er/2e degré.
Par contre la formation continue est la grande oubliée. Le SNUIPP-FSU exigera des moyens pour que la formation continue redevienne une priorité dans tous les départements.

LPC
Une version transitoire du LPC simplifiée dans ses procédures de validation a été présentée au CSE du 24 octobre. Cela constitue un premier bougé. Le SNUipp ne peut s’en contenter. Le contenu reste le même que celui de la loi Fillon et il doit donc être abandonné. Cette année aucune pression hiérarchique ne devra être exercée.

AVS  : professionnalisation (à nouveau) en chantier
Un nouveau groupe de travail sur la « professionnalisation des accompagnants des enfants et adolescents en situation de handicap » a été constitué, auquel le SNUipp-FSU participe. Il doit notamment « dégager les contours d’une nouvelle profession » et « aboutir à une proposition de cadre d’emploi commun ». Pour le SNUipp-FSU, après l’échec du dernier groupe de travail sur le sujet, faute d’engagement politique du précédent gouvernement, il s’agit enfin de mettre un terme à la précarité de ces personnels en créant un nouveau métier dans le cadre et de la fonction publique et en répondant mieux aux besoins des élèves en situation de handicap.

Direction et fonctionnement de l’école
Les directrices et directeurs d’école mènent une forme de « double vie ». Tout en étant le plus souvent chargés de classe et donc astreints aux temps de préparation et de corrections, ils gèrent aussi l’animation de l’équipe, la planification de l’occupation des locaux, la collecte, le tri et la diffusion des informations institutionnelles, la relation avec les élus et les partenaires... Le temps de décharge, quand il exsite, est loin de suffire pour remplir toutes ces missions. Les discussions, annoncées par le ministre, devront être l’occasion de repenser leur charge de travail, leurs responsabilités, les conditions pour y faire face (formation, temps de décharge, aide administrative pérenne et statutaire...) et une véritable reconnaissance de leurs missions. L’école est souvent impliquée dans les dispositifs mis en place dans et autour de l’école. La concertation sur la refondation a remis en évidence cette relation, bien souvent concrétisée dans des CEL (contrats éducatifs locaux). S’il est important que tous les acteurs travaillent ensemble sur les différents temps de l’enfant, sur des objectifs et valeurs communs, les rôles et les missions de chaque partenaire doivent être clairement définis. Ce qui relève du cadre des obligations de service des enseignants doit rester dans le champ de l’école. Le SNUipp-FSU réaffirme son opposition au statut hiérarchique des directeurs et à tout statut des écoles qui mettrait ces dernières sous la tutelle des collectivités locales.

'