SNUipp-FSU 89

Syndicat National Unitaire des Instituteurs PEGC et Professeurs des écoles

Accueil > Le SNUipp-FSU > Vie Syndicale > Evaluations, un premier changement positif

Evaluations, un premier changement positif

vendredi 11 mai 2012, par SNUipp 89

Vie Syndicale

Attention, cet article est ancien. N'hésitez pas à vous adresser à la section pour vous assurer que les renseignements qui y figurent sont toujours valables.

L’annonce de suspendre la lourde et inutile procédure de remontées des résultats des évaluations CE1 et CM2 constitue un premier changement positif pour l’école.

Depuis 2009, le SNUipp-FSU, avec ses partenaires, avait fortement critiqué ce dispositif à la fiabilité scientifique douteuse. Ces évaluations étaient surtout conçues comme un instrument politique au service du ministère pour justifier le bien fondé de ses mesures et non comme un outil pédagogique pour aider les enseignants à mieux comprendre les erreurs et les réussites des élèves. En septembre 2011, le Haut Conseil à l’Education avait même qualifié ces évaluations de « trompeuses » et « peu exigeantes ».

Dès à présent, il y a nécessité de remettre à plat tous les dispositifs d’évaluation à la maternelle comme en élémentaire. A ce titre, le SNUipp-FSU salue l’annonce de discussions qui devraient s’ouvrir avec le nouveau ministre cet été.

Pour le SNUipp-FSU, il faudra distinguer l’évaluation bilan du système éducatif qui relève d’un travail scientifique et rigoureux réalisé à partir d’un échantillonnage représentatif d’élèves et l’évaluation dans la classe qui relève d’outils d’analyse des erreurs et des progrès des élèves. Ces évaluations devraient alors plutôt se dérouler en début d’année. Elles constitueraient ainsi une feuille de route pédagogique pour les équipes enseignantes afin d’organiser des situations d’apprentissages adaptées aux besoins des élèves. Elles devraient être un outil de lien et d’information aux familles. A aucun moment, leurs résultats ne devront servir à établir un palmarès des écoles. Ils n’auront absolument pas vocation ni à être rendus publics, ni à être remontés nationalement.

'